AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

End of the Game

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Will Scarlett
•●• Tavern Boy •●•


√ LOCALISATION : Dans un hamac, en Terre Sainte
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 23

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 18 ans
● Titre: Hors-la-loi
● Inventaire:

MessageSujet: End of the Game Mer 27 Oct - 21:28


... End of the Game ...


NOTTINGHAM CASTLE
HIVER 1192

Quand les portes de Nottingham s'ouvrirent pour le cortège, Will ressentit une vague de rage et de découragement mêlés déferler avec puissance sur lui. Il avait cru pouvoir aider Allan et, finalement, ils allaient se retrouver prisonniers dans les cachots. C'était terriblement injuste. Heureusement, Djaq et Much pourraient finir la livraison et prévenir Robin et Petit Jean. Le jeune homme jeta un regard en biais à son compagnon d'infortune pour voir comment il allait : peut-être pourraient-ils trouver une solution à eux deux ? Après tout, Allan avait toujours eu un esprit créatif fortement développé... Mais, engager la conversation devant les gardes aurait été stupides. Will patienta donc en silence, traversant la place du marché sous les huées des gardes et les larmes de déception des petites gens. Le comté de Nottingham allait peut-être perdre ses sauveurs, ce qui n'était pas une bonne chose. En lançant un regard à la foule, le charpentier remarqua que le tavernier semblait plus déçu encore : il perdait un bon client !

Les gardes, eux, semblaient en proie à une hilarité intarissable et les quolibets et autres jeux-de-mots de bas-étages fusaient. Ils étaient heureux car, même les plus stupides d'entre-eux le comprenait, si tout ce passait bien, le gang entier s'effondrerait sous peu. Et le shérif serait le premier à apprécier. Leurs bourses suivraient. Ils montèrent les marches du château pour en descendre d'autres. Et une fois menés dans les profondeurs sombres et humides de la bâtisse, les deux hors-la-lois furent jeter sans autre forme de procès dans les cachots. Les gardes furent envoyés en faction devant la lourde porte des geôles : Gisborne devait sans doute aller prévenir Vasey.

"Allan ? Comment tu vas ? demanda Will, anxieux.

De là où il se trouvait, il ne pouvait pas voir son compagnon d'infortune.


Dernière édition par Will Scarlett le Lun 29 Nov - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: RP Lun 8 Nov - 15:33


Montant fièrement son noir destrier, Gisborne savourait pleinement sa victoire. Enfin, il sortait gagnant de sa confrontation avec les hors-la-loi. Une seule chose aurait rendu sa joie complète : la présence de Robin Hood parmi les prisonniers. Mais le maître d’armes ne laissa pas ce détail entacher sa bonne humeur. Son ennemi ne tarderait pas à venir à Nottingham pour chercher à délivrer ses compagnons et il serait là, à l’attendre. Il dirigea sa monture vers les deux hors-la-loi et les regarda avec dédain, un sourire cruel aux lèvres.

Ils avaient l’air moins fiers maintenant, les mains liées, chacun encordé à un cheval monté par un garde. Guy resta silencieux, il n’avait nul besoin de leur adresser la parole, son regard exprimait avec suffisamment d’éloquence tout ce qu’il ressentait envers eux. Il ne leur laissa pas non plus le loisir de lui lancer une réplique cinglante, car il fit soudain pivoter sa monture pour retourner prendre la tête du convoi qui les amènerait à Nottingham.

Le maître d’armes avait également une autre raison d’être pleinement satisfait. En capturant des membres de la bande à Robin, le Shérif allait enfin devoir reconnaître ses compétences et son efficacité. Et qui sait, peut-être que Lady Marian serait impressionnée elle aussi et poserait un autre regard sur lui.

Pendant qu’ils traversaient Treeton, Messire Guy n’avait pas manqué de voir les regards tristes des villageois qui étaient désolés de la capture de Will et Allan. En effet, si des compagnons de Robin ou même Robin lui-même venaient à être fait prisonniers, qui leur apporterait la nourriture qui leur faisait cruellement défaut ?

Ils traversèrent quelques autres villages et là aussi, le peuple eut la même réaction, mais Gisborne n’y prêta pas attention. Il aperçut au loin les tours et les remparts de Nottingham, ils allaient bientôt arriver à destination. Un moment plus tard, leur convoi fit enfin son entrée dans la cour du château. Messire Guy descendit de cheval et lança des ordres à ses soldats. Puis, il monta rapidement les quelques marches qui le menaient à l’intérieur de la forteresse, pour en descendre ensuite plusieurs autres qui conduisaient tout droit aux cachots. C’est avec une joie non dissimulée que Messire Guy vit les portes des geôles se refermer sur les hors-la-loi quelques instants plus tard. Il était impatient d’aller annoncer la bonne nouvelle au Shérif. Il pensa qu’il devait aussi songer à faire soigner son nez cassé, mais cela n’était pas le plus important. Il lui fallait avant tout aller faire son rapport à son supérieur.

Gisborne jeta un dernier regard en direction des cachots et ce qui fut d’une voix glaciale qu’il s’adresse aux prisonniers.

« Je n’en ai pas fini avec vous », leur lança-t-il sur un ton menaçant avec de quitter les lieux.
Revenir en haut Aller en bas


Vasey de Nottingham
>> Shérif de Nottingham <<


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 32

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age:
● Titre: [Choisir]
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Jeu 11 Nov - 15:49


« Alors mon petit Robin, on va faire une petite promenade ».

Le shérif s’adressait non pas au hors-la-loi mais à un petit oiseau de sa volière, qu’il prit délicatement dans ses mains. Ce qu’il appréciait le plus chez ses petits compagnons, c’était leur côté si fragile, si petits, il avait le pouvoir sur eux. En tenant l’oiseau dans ses mains, il pensa à Robin. Comme il rêvait de l’avoir enfin à sa merci, de mettre les mains autour du cou du hors-la-loi et de serrer, serrer, serrer... Un craquement ramena le shérif à la réalité. Il regarda dans ses mains et fit une moue de dégoût.

« Oups, petit Robin est parti. Comme c’est dommage ! »

Il regarda autour de lui sans savoir où se débarrasser du corps de sa victime, et se décida à le jeter par la fenêtre. Il jeta un coup d’œil sur le petit corps mort qui tombait dans le vide, puis son regard fût attiré par un mouvement dans la cour du château. Gisborne était de retour, il descendait de son cheval. Derrière lui, deux prisonniers le suivaient.

« Ah enfin des nouvelles ! Il était temps !! »

Gisborne avait depuis quelques jours mis au point un nouveau plan. Le shérif l’avait laissé le mettre à exécution, peu convaincu d’un résultat, mais au moins, son bras droit était occupé ailleurs et ne trainait pas dans ses jambes pendant ce temps. De plus, voir quotidiennement le Maître d’Armes, se pavaner d’amour devant Lady Marian, l’horripilait et lui donnait la nausée.
Evidemment, les doutes du shérif s’étaient révélés concrets au fur et à mesure que les jours passaient et que Gisborne rentrait bredouille, la mine déconfite. Mais c’était si amusant de le voir si dépité, le shérif s’en délectait.
Quelqu’un frappa à la porte.

« Plus d’assurance Gisborne, plus d’assurance, » murmura le shérif. « ENTREZ !! »

Gisborne entra :
"Ah Gisborne, vous voilà de retour, je… Gisborne vous avez changé quelque chose ?? Avez-vous remarqué que votre nez avait changé d’angle ? Avec votre nouveau museau, Lady Marian ne pourra pas vous louper, elle vous remarquera à coup sûr ! Vous aurez peut-être vos chances. Mais mon ami, il était inutile d’aller jusqu’au village pour vous défigurer, vous me l’auriez demandé gentiment, je l’aurai fait avec plaisir. »

« Sur cette discussion fort peu intéressante, allons voir vos prises, j’ai vu que vous me rameniez deux cadeaux ! Il était temps ! Je commençais à m’ennuyer. Et la perte de petit Robin m’afflige énormément. Un peu de distraction me fera le plus grand bien. Allons voir vos prises et racontez-moi tout!! »
Revenir en haut Aller en bas


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Mar 16 Nov - 15:35


Messire Guy monta deux à deux les marches qui le menaient hors des cachots, tant sa hâte d’aller annoncer la nouvelle au Shérif était grande. Tant de fois il avait imaginé cette scène, à tel point qu’il savait déjà ce qu’il allait lui dire et sur quel ton. Son discours était prêt, le maître d’armes se l’était repassé dans sa tête plusieurs fois, il le connaissait par cœur.

Quelques instants plus tard, Gisborne arriva devant les appartements de son supérieur, essoufflé, mais heureux. Au moment où il allait frapper à la porte, il fut submergé par un doute. Et si le Shérif trouvait néanmoins un reproche à lui faire ou quelque chose à redire sur la manière dont laquelle il avait mené à bien sa mission ? Guy se rappelait parfaitement que Vaisey l’avait écouté d’une oreille distraire lorsqu’il lui avait exposé son nouveau plan pour mettre la main sur les hors-la-loi. Le Shérif nourrissait en même temps ses petits oiseaux adorés tout en feignant d’être attentif à ses paroles. Lorsque le maître d’armes eut fini, son supérieur l’avait approuvé distraitement par quelques mots comme « Bonne idée Gisborne, faites cela », avant de le congédier d’un geste de la main.

Guy se souvenait également de la mine réjouie qu’affichait Vaisey lorsqu’il était rentré bredouille plusieurs jours d’affilée, comme si la défaite de son bras droit lui faisait plus plaisir que la capture de Robin et sa bande.

Le maître d’armes reprit ses esprits et décida que quoique le Shérif dise, il allait cette fois-ci lui tenir tête et ne pas le laisser gâcher sa victoire. Il prit une profonde inspiration avant de frapper à la porte. Il pénétra dans les appartements de son supérieur lorsqu’il entendit ce dernier lui dire, ou plutôt lui crier d’entrer.

Guy n’eut pas le loisir de prendre la parole, le Shérif s’en chargea à sa place en lui balançant une remarque sur son nez cassé. Il soupira en entendant Vaisey l’humilier une fois de plus au sujet de sa relation avec Lady Marian et décida de ne pas prêter attention à ses moqueries. Il attendit tranquillement que son supérieur finisse de déverser son fiel. Il n’eut aucune pitié en apprenant qu’il était affligé par la perte de son oiseau préféré. Ce n’était pas la première fois qu’un « accident » de ce genre arrivait. Le volatile qu’il avait appelé du nom du hors-la-loi n’était pas le premier à subir les sautes d’humeur de son supérieur et certainement pas le dernier. Un autre oiseau se retrouvait vite affublé du nom de Robin et ne tarderait certainement pas à subir le même sort que son prédécesseur le jour où son maître serait contrarié ou en colère.

« Monseigneur, je vous apporte effectivement une très bonne nouvelle. Mon plan a été couronné de succès et j’ai capturé deux complices de Locksley. En ce moment même, ils croupissent dans les cachots. Je n’attends plus que vos instructions pour la suite. »
Revenir en haut Aller en bas


Allan A Dale
Prince of Pickpocketing


√ LOCALISATION : Sherwood
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 24

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 25 ans
● Titre: Hors-la-loi
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Dim 28 Nov - 20:42


- Allan ? Comment tu vas ?

La voix de Will avait résonnée quelque part dans les cachots

- A Merveille ! Non mais sans rire, comment veux-tu que j’aille ?! On est enfermé dans ces cellules, impuissants. Au mieux, on va finir au bout d’une corde, et au pire…

Allan ne put terminer sa phrase. Il laissa tomber sa tête en arrière contre le mur froid de sa cellule et soupira. Son mouvement fit cliqueter quelques peu les chaînes du mur auxquelles il était relié par les poignets. Gisborne avait prit toutes les précautions pour s’assurer que ses prisonniers ne lui fileraient pas entre les doigts. Il avait ordonné qu’on les enferme chacun dans une cellule séparément, puis qu’on s’assure que leurs gestes soient entravés.

Allan avait peur. Oui, la peur s’immisçait lentement en lui. Elle accélérait les battements de son cœur et sa respiration, parcourait ses veines, hérissait ses poils, rendait sa gorge sèche. Elle progressait très lentement, au fur à mesure que les pensées et les doutes d’Allan se concrétisaient, mais sa progression aussi lente fût elle émiettait son courage, brisait son idéalisme et son positivisme, assombrissait sa bonne humeur et son humour, embrouillait sa réflexion. Elle ravageait son moral et s’infiltrait dans sa tête puis dans son corps, comme la puanteur de la mort qui s’infiltrait dans ses narines pour emplir ses poumons d’une odeur aussi nauséabonde et exécrable que la situation où les deux hors-la-loi se trouvaient.

Malgré cette lente agonie de ses sens et de son moral, Allan tenta de relativiser. Pour l’instant il était encore vivant. Et Will, quelques part à côté de lui, aussi. Et du moment qu’un hors-la-loi, ou une personne allant à l’encontre du shérif et du Prince Jean, respirait encore, tout n’était pas perdu, leur cause pour une Angleterre juste demeurerait. Le pays serait alors sauvé. Mais qui les sauvera eux ? Qui le sauvera lui ? Et la cause ne pourrait être parfaitement menée si Robin en venait à mourir. Parce que c'était ce qui allait se passer si l’ex-seigneur de Locksley se faisait attraper en essayant de les sauver.

Allan frappa de rage sa paume contre le sol de pierre. Il était faible, impuissant ! C’était le pire dans cette situation, être confronté à un destin flou et dangereux sans aucune arme en main. Attendre seul dans cette petite cellule pendant un temps qui semblait être suspendu, avec un air irrespirable et comme seule source de lumière une flamme de torche balayée par les courants d’air glacial, était un véritable supplice pour un homme qui avait l’habitude de vivre en forêt avec la liberté de faire ce qu’il voulait quand il voulait. Quand est-ce qu’on leur annoncera enfin ce qu’on comptait faire d’eux ? Soudain la phrase de Gisborne revint à son esprit brouillé et énervé. Son cœur fit un bond dans sa poitrine et lui bâta à la gorge. Il devait revenir les voir. Mais… Ne disait-on pas que seuls les proches visitaient les morts… Est-ce qu’il était encore trop tôt pour la corde ?

Allan avait l'habitude des géôles, mais là le temps se faisait long, trop long, et il était habitué aux cellules, pas aux salles de torture...

Ce n’est pas pour faire de l’humour Will, mais on est fichus !
Revenir en haut Aller en bas


Will Scarlett
•●• Tavern Boy •●•


√ LOCALISATION : Dans un hamac, en Terre Sainte
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 23

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 18 ans
● Titre: Hors-la-loi
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Mer 8 Déc - 19:17


Finir au bout d'une corde... Tout ceci ressemblait à s'y méprendre au point de départ de leur aventure. Il avait connu Allan dans les cachots de Nottingham et voilà qu'ils y faisaient leur grand retour, avec, encore une fois, pendaison à la clef... Mais Will n'était pas aussi découragé que son compagnon.

- Allan... Robin va venir nous chercher.

L'absence de réponse de son ami lui fit comprendre que le moral d'Allan était encore plus bas que ce qu'il s'imaginait. Pourtant, le pickpocket était d'une nature plutôt optimiste. A croire que tout était vraiment fini... Mais Will avait confiance en Robin : il viendrait les chercher. Il n'avait jamais laissé personne derrière lui, ce n'allait pas commencer maintenant. Et puis, il y avait aussi Djaq et Petit Jean. Et Much. Poussant un soupir, Will dut reconnaître que, même s'il était certain que Robin viendrait, il ne pouvait approuver un tel geste. Leurs amis allaient se mettre en danger pour... pour quoi ? Pour les sauver ? Allan valait le coup, sans aucun doute, mais lui ? Qu'apportait-il au gang ? Difficile à dire. Il était encore trop jeune pour être un hors-la-loi convenable. Et c'était de sa faute à lui si Allan s'était fait prendre. Le moral soudain aussi bas que celui de son camarade, Will Scarlett se sentit mal, le coeur lourd. Et si Allan mourrait par sa faute ? Et si un autre hors-la-loi se faisait attraper ? Et l'Angleterre dans tout ça ? Il se demandait ce qui allait bien pouvoir leur arriver quand il songea que, bien souvent, dans les cachots, on trouvait des salles de tortures... D'une voix blanche qu'il tentait de rendre un peu plus confiante, Will s'adressa à Allan:

- Allan... Est-ce que ça te dérangerait si j'y passais le premier ?

Le Pickpocket comprendrait sans nul doute la véritable question qui, elle, était : tu veux bien que je passe le premier à la question ? Allan ne pourrait pas lui refuser ça. Une question d'honneur et puis, si l'un d'eux avait encore une chance de s'en sortir, c'était bien l'embobineur. Le charpentier était un peu trop fatigué pour se sentir capable d'une évasion héroïque à la Robin Hood, mais il avait encore assez de ressources (du moins le croyait-il) pour affronter un Gisborne curieux.

Revenir en haut Aller en bas


Vasey de Nottingham
>> Shérif de Nottingham <<


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 32

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age:
● Titre: [Choisir]
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Dim 19 Déc - 19:05



« Monseigneur, je vous apporte effectivement une très bonne nouvelle. Mon plan a été couronné de succès et j’ai capturé deux complices de Locksley. En ce moment même, ils croupissent dans les cachots. Je n’attends plus que vos instructions pour la suite. »


« Oui ! Oui oui Gisborne !! parfait ! parfait ! allons-y !! «

Le shérif n’avait que faire d’écouter son second se féliciter de ses exploits. Les deux hommes sortirent de la volière en direction des cachots. Vasey marchait d’un pas vif, perdu dans ses pensées. Ce n’ était pas Robin qui était en bas mais ses deux amis, ce qui ne manquera pas d’attirer ce cher hors-la-loi dans les murs du château. Robin ne pourrait s’empêcher de sauver ses amis et de jouer les héros, une fois de plus.

"Dites-moi Gisborne ! C’est un de ses deux misérables qui vous a refait le portrait ? Quoique vous êtes tout à fait capable de vous faire ça seul en marchant sur un balais. »

Il se retourna vers Guy et lui fit son plus beau sourire, signifiant qu’il n’attendait pas de réponse de sa part. Etre humilié, faisait partie des tâches de Gisborne.

« Oh vous attendiez peut-être des félicitations pour faire votre travail ? Je devrai plutôt vous enfermer avec ces deux brigands pour le temps perdu à les piéger. »

Vasey tirait un réel plaisir à lancer des remarques cinglantes, et ça le mettait tout de suite de bonne humeur pour la journée. Ils arrivèrent au couloir qui mena aux cachots, descendirent les escaliers. Les cris des autres prisonniers résonnaient dans les couloirs, et l’odeur de la mort planait. Enfin, ils s'arrêtèrent devant les grilles des deux hors-la-loi.

Vasey regarda Allan et Will, et se mit à faire les cent pas devant leurs cellules, les mains derrière le dos. Pusi il s’arrêta, et ouvrit les bras vers les deux jeunes hors-la-loi, comme pour les accueillir.

« Mes chers amis ! Bienvenue à Nottingham ! Quelle joie de vous revoir parmi nous. J’espère que vos chambres vous conviennent et que notre accueil répond à vos attentes…Geôlier, ouvrez les portes ! »

Le geôlier exécuta l’ordre, mais Vasey resta à l’extérieur. Il pointa son index vers Will et se mit à chantonner tout en désignant du doigt les jeunes hommes chacun leur tour :

« Ce se-ra à toi de me di-re où se ca-che Ro-bin des Bois . »

Le shérif s’avança vers Will :

« Alors mon mignon, je vais m’occuper personnellement de toi pendant que Gisborne s’occupera de ton petit ami. Ça te va ? ...Détachez-les !!».

Le geôlier détacha Will. Vasey attira le visage du outlaw près du sien en lui tirant l'oreille.

"Toi et moi, allons avoir une petite discussion dans mes appartements. Je sens qu'on va bien s'entendre... Gisborne occupez-vous du blondinet. Gardes, escortez ce vaurien dans mes appartements... Oh et n'hésitez pas à le bousculer un peu sur le chemin, pas le temps de traîner."

Les gardes emmenèrent Will vers l'escalier, Vasey les suiva mais s'arrêta devant la cellule d'Allan:

"Dis bye bye à ton petit copain. A mon avis, il ne résistera pas longtemps. Il a l'air fatigué, non ???... Gisborne il est tout à vous ! Faites vous plaisir, aujourd'hui tout est permis !"

Vasey partit et monta les escaliers en riant.
Revenir en haut Aller en bas


Allan A Dale
Prince of Pickpocketing


√ LOCALISATION : Sherwood
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 24

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 25 ans
● Titre: Hors-la-loi
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Mer 12 Jan - 22:25


A la vue de Will qui s'éloignait escorté par les gardes, Allan qu'on venait de libérer de ses liens pour le faire sortir de sa cellule avança, porté par la panique et la colère. Il fut vite arrêté par deux gardes qui lui serrèrent chacun un bras tels deux étaux. La colère du jeune s'accrut et il se débattit tel un dément.

- NON! NON! Prenez-moi à sa place! Arrêtez! Arrêtez-vous bord...

Un coup de poing dans l'estomac lui coupa le souffle et la parole. Allan eut à peine le temps de se plier en deux qu'on l'obligea déjà à marcher dans la direction opposée de celle de Will. La respiration saccadée, il tourna la tête pour accorder un dernier regard à son ami qui disparaissait derrière la porte menant à la surface. Oh comme il aurait voulu échanger sa place avec Will! Comme il aurait voulu lui épargner de plus grandes tortures! Même si les deux compagnons devaient passer un sale quart d'heure, le bourreau de Will était sans aucun doute plus sadique que Gisborne. Car lui n'avait tout bonnement aucune conscience. Et la frustration de ne pas encore avoir Robin entre ses griffes allait sans doute se faire ressentir. Gisborne aussi était frustré. Frustré de s'être fait casser le nez par un simple Hors-la-loi. Mais lui lorsqu’on le regardait, on lui devinait posséder un semblant d'âme, ce qui n'était pas le cas de son maître... Qui plus est Will était déjà bien épuisé...

Un garde ouvrit une lourde porte en bois. Allan entra dans la pièce, toujours escorté par les deux gardes. On le tira au centre de la pièce où on lui enleva sa chemise qu'on jeta désinvoltement dans un coin avant d’attacher ses poignets au-dessus de sa tête. A la merci de Gisborne, ballotant légèrement face à l’entrée de la salle, le Hors-la-loi scruta la salle plongée dans la pénombre. La lumière y était encore plus faible que celle des cellules et du couloir. Les seules sources de lumière étaient quelques torches accrochées aux murs de pierres noires et un faible feu dans la cheminée sur sa gauche. Les yeux d’Allan, maintenant habitués à la pénombre, décelèrent une table, à coté de la cheminée, sur laquelle étaient soigneusement alignés des instruments métalliques à l’air peu commode. Juste à côté accrochés au mur, comme l’auraient étés des vestes ou des capes, suspendaient des fouets et des barres métalliques. De l’autre côté de la salle, il y avait aussi une table, mais les lanières qui y étaient dessus indiquaient qu’elle n’était pas faite pour poser de simples objets…

Allan suffoquait littéralement. La peur l’engloutit à nouveau, mais il continua d’afficher un air neutre. Il ramena son regard devant lui et fut surprit lorsqu’il vit Gisborne, bras croisés sur le torse, adossé au mur, le fixer, un sourire amusé en biais. Allan eut un bref rire moqueur.

- C’est marrant, vous paressez plus beau comme ça… Avec cette pénombre ... Et puis, votre nez tordu donne l'impression que le reste de votre visage est enfin droit...

__________________________________________________________________________________


I'm not being funny but...


Dernière édition par Allan A Dale le Jeu 3 Fév - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Lun 24 Jan - 15:34


Les bras croisés, adossé contre le mur froid de la pièce, Gisborne observait Allan sans un mot, un sourire triomphant aux lèvres. Le hors-la-loi était en bien mauvaise posture, debout au centre de la pièce, les mains liées au-dessus de sa tête. Les quelques flammes qui crépitaient faiblement dans la cheminée n’offraient pas une chaleur suffisante pour réchauffer cet endroit. Messire Guy crut voir Allan frissonner. Lui-même commençait également à ressentir le froid et pourtant, il était entièrement vêtu, contrairement au hors-la-loi auquel un garde avait ôté sa chemise.

Le maître d’armes prit tout son temps. Il dévisageait attentivement sa future victime, se délectant par avance de tous les supplices qu’il allait lui faire subir. Cette salle, Gisborne la connaissait parfaitement pour y avoir torturé des prisonniers à maintes reprises. Certains étaient plus endurants que d’autres, mais ils finissaient tous par avouer tôt ou tard. Allan ne ferait pas exception à la règle.

Le regard de Messire Guy passa à la table sur laquelle étaient posés des instruments qui n’avaient plus aucun secret pour lui, de même que ceux accrochés au mur juste à côté. Il fronça les sourcils, se demandant tout à coup par quoi il allait bien pouvoir commencer. Le prisonnier qu’il avait devant lui méritait un traitement très spécial. Il allait s’occuper de lui avait la plus grande attention, en prenant tout son temps. Quoiqu’il arrive, il se jura de lui faire avouer où se trouvait leur cachette dans la vaste forêt de Sherwood. Pour cela, il n’hésiterait pas à utiliser tous les instruments nécessaires à sa disposition. Néanmoins, il se dit qu’il devait tout de même faire attention et contrôler son tempérament pour ne pas trop laisser sa colère prendre le dessus. Un accident était si vite arrivé et il serait dommage que le hors-la-loi périsse avant même qu’il ait pu lui soutirer tous les renseignements dont il avait besoin. Certes, le Shérif lui avait bien donné l’autorisation de se faire plaisir, mais il savait pertinemment que son supérieur ne tolérerait pas qu’il revienne vers lui sans aucune bonne nouvelle.

Les pensées du maître d’armes furent soudain interrompues par Allan. Malgré la situation dans laquelle il se trouvait, il avait quand même l’audace de lui lancer une remarque sur son physique. Guy était presque parvenu à oublier son nez cassé jusqu’à ce que le hors-la-loi le lui rappelle. Cela le mit en colère, d’autant plus que c’était de sa faute si son visage était dans ce triste état. Gisborne fit quelques pas en direction du prisonnier, les bras toujours croisés sur son torse.

« Tu ne peux t’empêcher de fanfaronner, n’est-ce pas ? Si personne ne t’as appris quand il faut te taire, je vais m’en charger. »

Puis, avant qu’Allan ait pu répliquer quoi que ce soit, Guy lui décrocha un coup de poing dans la figure, puis un autre juste derrière dans l’estomac. Surpris, le hors-la-loi étouffa un cri de douleur avant d’avoir la respiration coupée. Gisborne passa derrière lui et lui lança, presque dans un souffle :

« On fait moins le fier maintenant ? »

Puis, il se dirigea vers la table et laissa lentement glisser sa main gantée de cuir d’un outil à l’autre, tout en coulant un regard cruel vers le prisonnier.

« Alors Allan, as-tu une petite préférence pour commencer ? »

__________________________________________________________________________________



Dernière édition par Guy de Gisborne le Ven 4 Fév - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Allan A Dale
Prince of Pickpocketing


√ LOCALISATION : Sherwood
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 24

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 25 ans
● Titre: Hors-la-loi
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Jeu 3 Fév - 23:38


Allan cracha du sang sur le sol de pierres noir. Le premier coup lui avait éclaté la joue et le second lui avait coupé la respiration. Au bord de la nausée, la mâchoire douloureuse, le jeune Pickpocket se balançait, la tête baissée, son poids faisant enfoncer encore plus les fers dans sa chair.

« On fait moins le fier maintenant ? »

Gisborne avait raison : Allan ne voulait plus du tout rigoler. Mais il n’allait pas supplier ou se plaindre pour autant. Au contraire, de la colère monta en lui. Elle se propagea dans chaque parcelle de son corps, tendant ses muscles, accélérant sa respiration et soulevant sa poitrine. Elle balaya presque sa peur. Le jeune homme leva la tête vers le maître d’armes qui s’était éloigné de lui pour se rapprocher des instruments de torture. Instruments qu’il chérissait du regard et du bout du gant. Allan ne quittait pas son bourreau du regard, c’était une façon de lui faire comprendre qu’il lui faisait face, et d’une certaine manière il se préparait psychologiquement à son futur un peu trop proche qui s’annonçait être long et terrible.

Le maître d’armes décrocha son regard de la table pour toiser sa victime. Allan n’aimait pas du tout ce qu’il voyait dans les yeux froids de Gisborne, une lueur d’amusement et de sadisme.

« Alors Allan, as-tu une petite préférence pour commencer ? »

Ce-dernier eut un bref rire sans joie et tenta de se tourner vers Gisborne pour mieux le fixer, faisant cliqueter ses chaînes. Il pencha quelque peu sa tête de côté, l’ombre d’un sourire au coin des lèvres.

« Oh non allez ! Vous n’allez pas me faire croire que vous manquez à ce point d’imagination ! Je suis sûr qu’il y a eu d’autres innocents avant moi !

Ce n’était pas le genre d’Allan A Dale de jouer les héro, mais il était provocateur. Depuis toujours il repoussait les limites de l’acceptable. C’était d’ailleurs ce qui lui avait causé de nombreux ennuis par le passé. Bagarres dans les tavernes, courses poursuites et traques avaient trop souvent animé sa vie. A présent il se balançait au bout de chaîne tel un morceau de viande prêt à être charcuté, et lui continuait à ouvrir sa grande bouche ! C’était un moyen pour lui de se rassurer, faire comme s’il maîtrisait encore la situation, et qui plus est ce trait de caractère lui ajoutait un certain charisme…

Gisborne n’avait rien répondu à cette pique. Il s’était juste contenter de pincer brièvement les lèvres. Allan cessa de le fixer un instant, pour glisser son regard sur les instruments de torture. Sa gorge se noua quelque peu. Il savait ce que son bourreau faisait. Il attendait. Il prenait tout son temps pour que la panique s’installe en son prisonnier…

Allan arrêta un instant de défier le calme de Gisborne.

« Vous savez, je ne vais dénoncer aucune cachette, aucun plan et surtout, aucun ami. »

Il ponctua cette phrase d’un nouveau cracha.

__________________________________________________________________________________


I'm not being funny but...


Dernière édition par Allan A Dale le Jeu 3 Mar - 0:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Lun 21 Fév - 15:24


Gisborne observa froidement Allan qui le défiait, comme s’il n’avait peur de rien, comme s’il se croyait invincible. Mais le maître d’armes savait qu’il n’en était rien. Malgré son aplomb, il était sûr que le prisonnier ressentait de la peur. Il le montrait juste un peu moins que les autres, d’où son air fanfaron et provocateur.

Ceci confirme ce que Messire Guy redoutait depuis le début : il lui serait moins facile de faire parler ce prisonnier que tous les autres qui ont défilés dans cette pièce avant lui. Mais il restait tout de même très confiant. Cela prendra le temps qu’il faudra, mais Allan finirait par parler, tôt ou tard. Il espérait tout de même que ce ne serait pas trop tard. Sa patience avait des limites… et celle du Shérif aussi. Le maître d’armes ne voulait pas penser à la colère de Vaisey s’il tardait trop à soutirer au prisonnier les informations dont il avait besoin. Il fut tirée de ses pensées par la phrase ironique que le captif lui lança. Il le regarda droit dans les yeux avant de lui répondre sur le même ton.

« Innocents tu dis ? Sache que personne n’est innocent, surtout pas toi et encore moins Robin ou tes autres compagnons. »

Puis, il réfléchit donc rapidement à la meilleure solution possible dans le cas présent. C’est à ce moment-là que le prisonnier lui répondit par une autre de ses bravades, tout en ponctuant sa phrase d’un crachat dédaigneux.

« Tu ne parleras pas ? Oh, je suis persuadé du contraire, mon cher Allan A Dale. »

Sa main gantée d’arrêta finalement sur une paire de tenailles. Il prit l’instrument et se dirigea à pas de fauve vers sa victime, sans le lâcher du regard. Arrivé devant lui, Gisborne fit lentement jouer les tenailles devant le visage d’Allan, juste devant son nez.

« Alors, tu n’as toujours rien à me dire ? »

Puis, avant même que le prisonnier ait pu faire quoi que ce soit, son nez fut prit dans les tenailles et le maître d’armes tourna l’instrument d’un coup sec. Un craquement sourd se fit entendre, immédiatement suivi d’un cri de douleur.

« Voilà. Comme ça, nous sommes quittes. »

Sur ce, Gisborne recula de quelques pas, comme pour mieux se délecter de la souffrance de sa victime.

__________________________________________________________________________________



Dernière édition par Guy de Gisborne le Mar 17 Mai - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Allan A Dale
Prince of Pickpocketing


√ LOCALISATION : Sherwood
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 24

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 25 ans
● Titre: Hors-la-loi
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Jeu 3 Mar - 0:25

« AAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRGGGGGGHHHHHHHHHHHHHH »

Il fallut un moment à Allan A Dale pour comprendre que ce cri de douleur provenait de sa propre gorge. Enfin quand il comprit, il s’arrêta progressivement. Et dire qu’il s’était promis de ne pas donner une once de satisfaction à Gisborne ! Sa gorge était à présent sèche et nouée. De la sueur coulait le long de ses muscles crispés par la défensive. Les tempes lui battaient. La douleur avait complètement paralysé son corps et son cerveau. Pendant plusieurs minutes il ne pu penser à autre chose qu’à la souffrance. La respiration haletante, il loucha sur le milieu de son visage, pour constater tristement que les dégâts esthétiques étaient à la hauteur de la douleur. Le bras droit du shérif lui avait rendu la monnaie de sa pièce : Du sang déferlait du nez du jeune Hors-la-loi qui n’était plus qu’un morceau de chair tordu dont on ne parvenait plus à distinguer la peau tant de rouge la recouvrait. Le liquide écarlate coulait dans sa bouche puis glissait sur son menton pour goutter parterre. Le goût amer et fort du sang donnait la nausée à Allan. Qui plus est sa respiration saccadée se faisait de plus en plus audible au fur à mesure que le jeune homme combattait désespérément contre les cascades de son propre sang pour chercher de l’oxygène. Il amena son visage à un se ses bras liés au-dessus de sa tête, et s’essuya tant bien que mal la bouche et le menton. Il sentit le sang agglutiné vers ses narines s’étaler aussi bien sur son visage que son biceps. Sans doute s’était-il empirer d’un point de vue esthétique, mais au moins un peu d’oxygène lui parvenait par le nez. Malheureusement l’hémorragie ne s’était pas calmée, et le liquide au goût de métal l’écœurait littéralement. Il pencha sa tête en avant et cracha du sang pour la troisième fois de la soirée.

Il leva la tête vers un Gisborne serein et plutôt fier de lui. Cette vision aurait sans doute énervé Allan, s’il ne s’était pas soudainement sentit aussi faible. Le pickpocket eut l’impression qu’on l’avait vidé de toute énergie. Pourtant ce n’était pas la première fois qu’il subissait les coups de quelqu’un. Le jeune homme s’était retrouvé plusieurs fois au centre des batailles ou des bagarres. Sa respiration s’atténua, et sa vue se brouilla. Combien de temps s’était-il écoulé jusqu’à son dernier repas ? Jusqu’à sa dernière gorgée d’eau ? De l’eau… Une gorgée d’eau… Une goutte d’eau… Une larme…

« De l’eau… » murmura-t-il la gorge sèche avant que sa tête bascule en avant, que ses muscles se relâchent, faisant cliqueter les chaînes, et que ses yeux bleus-verts se ferment pour laisser son âme sombrer dans le néant.

Des images s’entremêlèrent dans son esprit brumeux. Il vit Sherwood. Un soleil éclatant était quelque peu filtrer par le feuillage verdoyant de la forêt. Il faisait chaud et les oiseaux chantaient. Les hors-la-loi apparurent. Ils marchaient joyeusement sur le sol terreux jonché de feuilles mortes. Il y avait Marian à côté d’eux… Elle souriait. Elle était magnifique. Les hommes souriaient aussi. Mais ils n’étaient pas tous là. Il en manquait un… Will n’était pas là… Allan pu entendre son ami l’appeler pourtant. Il le chercha du regard. Il scinda la forêt. Il l’entendait, mais ne le voyait pas. Il reposa son regard sur le lieu où ses amis s’étaient trouvés, quelques secondes auparavant, mais ils n’étaient plus là. Eux-aussi avait disparu. Allan se mit à courir dans Sherwood. Il suivait la voix qu’il l’appelait. La voix devint de plus en plus grave voire rocailleuse. Le soleil s’effaçait de plus en plus, laissant sa place à la pluie.

Un sceau entier d’eau froide réveilla le hors-la-loi en sursaut. Ses poignets étaient toujours attachés et son corps plus douloureux que jamais. Allan se trouvait toujours dans cette maudite salle de torture. Il s’était juste évanouit. Gisborne était toujours posté devant lui, un sceau à la main. Le jeune homme tremblait, mais il était difficile de dire si s’était plus de peur, de colère ou de froid… Trempé jusqu'à l'os mais réchauffé par la vision de Sherwood, Allan parvint à articuler qu'il ne dirait rien.

__________________________________________________________________________________


I'm not being funny but...
Revenir en haut Aller en bas


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Jeu 19 Mai - 14:07

Le long cri de douleur du prisonnier résonna comme une douce musique aux oreilles de Messire Guy. Il était plus que satisfait de lui avec rendu la monnaie de sa pièce. Œil pour œil, dent pour dent…

Maintenant, Allan pouvait se rendre compte à quel point un nez brisé pouvait faire mal. Comme fasciné, il regardait le sang sur le visage du hors-la-loi. Le liquide écarlate s’écoulait lentement de son nez jusqu’au menton, pour tomber goutte à goutte sur le sol froid de la pièce.

Gisborne vit Allan essayer tant bien que mal d’essuyer son visage pour en ôter le sang, mais il ne fit que l’étaler un peu plus, même s’il semblait à présent pouvoir mieux respirer. Le maître d’armes décida de lui laisser quelques instants de répit. Il prenait plaisir à le voir essayer de reprendre calmement sa respiration tout en lui faisant croire que le traitement qu’il était en train de subir de sa part ne l’affectait pas plus que cela.

Or, Messire Guy savait pertinemment qu’il n’en était rien et qu’Allan devait souffrir non seulement physiquement, mais aussi moralement. Qui sait ce que le Shérif était en train de faire subir à son ami Will ?

Le maître d’armes n’entendit pas tout de suite les mots prononcés par le prisonnier. Tout d’abord, il crut qu’il avait rêvé avant de se rendre compte qu’Allan était bel et bien en train de lui parler. Ravi, il pensa que ce dernier allait enfin tout lui avouer au sujet de Robin avant de comprendre que ce n’était pas le cas. De l’eau, ce misérable voulait juste de l’eau…

Gisborne alla chercher un seau situé à quelques mètres de là avant d’en balancer le contenu au visage du prisonnier.

« Alors, satisfait ? » lui demanda le maître d’armes avant de jeter rageusement le seau à travers la pièce.

__________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas


Allan A Dale
Prince of Pickpocketing


√ LOCALISATION : Sherwood
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 24

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 25 ans
● Titre: Hors-la-loi
● Inventaire:

MessageSujet: Re: End of the Game Lun 23 Mai - 22:51

Allan se délecta littéralement de l'eau. Quel liquide si précieux! Son sang et sa sueur furent presque entièrement rincés, et il put même en boire quelques gouttes. Mais le bonheur fut de très courte durée. Les perles fraîches qui coulaient le long de son corps additionnées au froid qui régnait dans la pièce, le firent frissonner, qui plus est, bien que notre pickpocket soit enfin capable de respirer, l'eau éclaircit aussi ses pensées qui furent vite confrontées à la réalité: Il était toujours seul et impuissant face à Gisborne, et Dieu seul savait ce que Will endurait quelques étages au-dessus d'eux...

Allan tenta de nouveau de s'essuyer le visage avec son bras, mais cette fois pour enlever le mélange d'eau et de sueur qui lui piquait les yeux, puis il reposa son regard sur le maître d'armes.

- Parfaitement satisfait! Après cette douche, j'aimerai bien que vous alimenter le feu, il fait pas chaud ici!

Encore sa grande bouche! Mais pourquoi ne se taisai-til donc toujours pas?! Pour gagner du temps? A cause de la peur? A cause d'une trop grande témérité? Son côté fanfaronneur? La volonté d'énerver Gisborne jusqu'au bout? Celle de faire comprendre à ce-dernier qu'il ne laisserait pas tomber le duel?
Sans doute un peu de tout cela... Le jeune homme avait un fort caractère, et ce n'était pas demain la veille qu'il allait changer!

Allan, se ballotant légèrement de gauche à droite, décrocha un moment son regard clair, pour sonder la salle pour le deuxième fois de la soirée. Un autre frisson lui parcouru la moelle épinière. Ses yeux pleins d'espoirs de posèrent sur les braises du feu qui se mourait dans l'âtre, et il se dit qu'un peu de chaleur ne serait vraiment pas de refus... Un peu de chaleur, de repos, et de nourriture... Argh! Combien de temps encore devait-il s'écouler avant que Gisborne n'abdique!.

__________________________________________________________________________________


I'm not being funny but...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: End of the Game Aujourd'hui à 11:28

Revenir en haut Aller en bas

End of the Game

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDEMPTION :: 
    ► To Nottingham!
 :: 
∴ LE CHATEAU DE NOTTINGHAM ∴
-