AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Interview de Frances Tempest (Costume Designer de Robin Hood)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Sherwood



MessageSujet: Interview de Frances Tempest (Costume Designer de Robin Hood) Ven 26 Mar - 17:16

    Il y a une superbe intereview avec le costume designer des saisons 1 et 2 de Robin Hood, Frances Tempest, sur le site Bold Outlaw. Ils la voulaient pour la saison 3, mais elle a refusé. Dommage parce qu'elle était vraiment génial, et les costumes de la saison 3 sont nettement moins sympathique, surtout pour Robin, Guy, Vasey et le reste du gang.

    Read here


FRANCES TEMPEST
Conducted and transcribed by Allen W. Wright

    Frances Tempest and Gisborne action figure, courtesy John W SchulzeFrances Tempest is the costume designer for the first two series of the 2006 Robin Hood TV show by Tiger Aspect and the BBC. She has over 30 years of experience in the industry. Her costume designs have appeared at the National Theatre and the English National Opera. She has received four Emmy nominations and three BAFTA nominations. Frances won a prestigious BAFTA award for A Respectable Trade. Her feature film credits include Greenfingers and Calendar Girls. In addition to Robin Hood, her television credits include Lillie, Mapp & Lucia, A Respectable Trade, The Cazalets and A Rather English Marriage. She can be seen in the "Dressing Hood" featurette on the Robin Hood Series One DVD and Blu-Ray boxed sets.

    In 2009, Frances spoke at Robin Hood: Media Creature - the 2009 academic conference for Robin Hood studies at the University of Rochester. Her paper was titled "Robin Hood for the Playstation Generation, or Every Age Gets the Robin Hood It Deserves". This interview was conducted in person in Rochester, NY at the October 2009 Robin Hood academic conference.


    Much, Robin and Will from 2006 BBC Robin Hood, costume designs by Frances Tempest.

    AWW: I suppose we should start with your paper which is on making the medieval modern.

    FT: The actual title is "Robin Hood for the Playstation Generation which is a quote from Foz Allan [producer]. And when I went in to meet them to talk about the series, the whole concept of modernity was really well-established. So, I'm not taking any credit for that. They knew that's how they were going to do the whole thing.

    But it was commissioned at very short notice. Foz and Dominic [Dominic Minghella, executive producer and head writer of series 1 and 2] had been working on the idea for some time. They had pitched the idea of a Robin Hood series to the BBC, but they were initially not keen. Then a new head of BBC One was appointed and he announced at a press conference that the BBC would be commissioning good old-fashioned adventure series such as Robin Hood. Someone remembered Foz's pitch and suddenly it was all systems go. Foz and Dominic had to get together a 13-part series in a very short time.

    I went in to talk to them and Foz declared it was "Robin Hood for the Playstation Generation". And they really wanted to direct it at a young, masculine -- it was really directed at teenage boys. That's what their audience was. If they could pick up other people along the way, all well and good. But it was to be directed at teenage boys.

    AWW: How about the girl audience? It seems that a lot of women liked it.

    FT: Robin was supposed to be for the female audience. I don't think he ever achieved that because Guy of Gisborne came along and stole the show. It wasn't meant to be like that but just because of the casting, that's what actually happened.


    Richard Armitage as Guy, Lucy Griffiths as Marian

    AWW: I saw that with the "fanfic" discussions. [An earlier conference paper discussed how much of the stories written by fans centered around Gisborne instead of Robin Hood.]

    FT: Well, I had no idea because I had never seen North and South [BBC mini-series starring actor Richard Armitage]. I didn't realize that Richard Armitage carried such a big fan base, but he already came with all these thousands of adoring fans. I had no idea about that. And so I clothed him in black leather. Suddenly there were websites all over the place! [Laughs.] I had in my head the image of a racing driver or a motorbike driver - like Alain Delon -- the young Alain Delon. He was going to be a fantastic, sexy racing driver, that was my image for him.

    AWW: He also had the duster that was like a western hero, and almost like a regency cape.

    FT: It was a cross between a regency cape and Sherlock Holmes and How the West Was Won. I was trying to roll all of those sorts of things into it. Of course, it was tempered - like things always are - by practical considerations. He had to be able to get on and off his horse in it. He had to be able to fight in it. There were stuntmen, but a lot of the actors did an awful lot of their own stuntwork. So all of those practical considerations had to be uppermost.

    AWW: You also had the other outfit for Guy, with the piping along the sleeves.

    FT: Yes, which was fastened with these wolf's head clips. And then he had wolves on the knuckles -- like knuckle dusters -- on the gauntlets. All I can say is that I spent a lot of time hanging about in motorbike shops in Budapest.

    AWW: Really? So, you did design it on set in Hungary, not in England?

    FT: Before I got offered the job, it had been decided they were going to do it in Hungary. And the idea was that the heads of department, the production designer, the costume designer and the cinematographer would come from the UK. All the other crew would come from Hungary. Which was fine, but of course, there is an impenetrable language barrier. And the Hungarians pride themselves on the fact that nobody else can understand their language. So we had to work out this system of sketches and diagrams. We were fine, we got through all that. It became obvious that we had to do everything in Hungary and buy everything in Hungary. We couldn't spend money anywhere else. So we had to set up a little manufacturing studio to actually sit and churn the costumes out. And I had another little workshop set up doing all the painting and distressing and dyeing.

    And then the boys, Robin Hood and his gang, came out for a week before we started shooting for what we called Hood Camp. They took them to the forest for a week. It was like an SAS Army training camp. They were left out there to fend for themselves. They did horse riding and sword fighting and all the things they were required to do. Of course the boys loved it! Because it was "big adventure" -- they thought it was fantastic. As much as possible I gave them their costumes to wear for that because I thought we'd get real wear and distress on them. And of course, they came back in rags. [Mutual laughter.]

    I had to have another whole department -- well, three or four people -- on permanent renovation and repair duty. Although I wanted them to look worn, I didn't want them to look like scarecrows. So I had people constantly repairing and we had to have so many duplicates of every costume. I think we had something like ten outfits for Robin in the end.

    We had his green suede hoodie. We had a duplicate of that made for his stuntman. We had a version made in cotton for when he fell in the water or had oil poured over him. In the summer in Hungary, it gets incredibly hot, so we had to do a lightweight version for them. I think he ended up with about a dozen of them in the end. But they all had to look identical.

    AWW: Guy must have hated his black leather in the summer.

    FT: The summers were awful. I mean, it was very good. The boys loved their costumes. They were thrilled when they first put them on. They really got into them, emotionally inhabited them. It was terrific. But that was about March. And by the time August came, they were ... the temperature was over 30 degrees (Celsius). They could hardly move. And Little John in his big leather coat! But he was very good, he didn't try to take it off. Robin kept trying to... I shouldn't tell you that ... Jonas [Armstrong] kept trying to take all his clothes off, just because he was so hot and to be firmly bundled back into them.

    AWW: But Richard Armitage didn't?

    FT: No, he loved black leather. He wasn't getting out of that, no matter what. [Laughs.]

    AWW: So, what was the design approach to the characters? With Guy, you said it was motorcycle influences.

    FT: The brief, as much as it existed -- this conversation with Foz -- was to create a mixture of modern and medieval that a young audience would find a point of reference with or respond to and wouldn't alienate them. The executive producer who I talked to later about the whole process said well, we couldn't have put them in tights because it would have looked ridiculous and I thought "why?". But the boys were terrified of wearing tights.

    AWW: But no Robin Hood really - the serious versions [wasn't counting Men in Tights] has worn tights for nearly 40 years.

    FT: But they had the same problem on Robin Hood - Prince of Thieves. A modern romantic hero cannot wear tights.

    AWW: Even Douglas Fairbanks - although he did wear tights - was concerned about that.

    FT: I am really puzzled by what his tights were made of. They must have had some element of nylon in them, because they are complete spray-on tights. I mean those are the tights that any superhero would give their eye teeth for. There was never a crinkle or a crease in them!

    AWW: I think Errol Flynn pulled off the tights the best.

    FT: Errol Flynn and because the Disney cartoon replicated the Flynn trope, he's become the benchmark. That is what people think of when they think of Robin Hood. Although, as you say, ever since Robin and Marian he hasn't been presented like that.

    AWW: Unless it's comedy versions and then they're spoofing on that. But with your Robin you went with a hoodie.

    FT: I did find, I researched some grave clothes from the 14th century, and there were some hooded tunics they found. And I thought okay, the hoodie is a modern identifiable garment of youth. So that's how he came to wear his hoodie.

    AWW: There were folds in the costume around the stomach area, weren't there? To replicate the pockets of a hoodie.

    FT: Yes, he had what I called his flak jacket when he first arrived back. It was a leather waistcoat and it had a big leather hood. Which the director of the first episode, John McKay, he'd watched a lot of Chinese and Japanese epic cinema and he wanted to replicate some of their design decisions. So what he wanted was to abandon the traditional quiver, the crossway diagonal quiver of Robin Hood and give him one that ran straight down the spine like a ninja warrior. So the art department were working on the quiver, but I had to work out how the costumes would have to accommodate this. In the end I worked out this way thonging together the back of Robin's hoods so you could undo them and the arrows could poke through or you could lace them up at the back and they would become an actual hood. It did mean that it was actually quite difficult for Jonas to get the arrows out quickly. That director did an excellent one or two of the first series and then he was gone. But the decision had been made and so all subsequent directors were working with that.

    AWW: So, when you designed the costumes, did you know who was going to be playing the parts?

    FT: No, I didn't know at all. The casting was done very late because there was John McKay - director of episodes one and two, there was Foz Allan working for TigerAspect and then there was the BBC. An agreement had to be reached between all of these people about who was going to play the part. The production office and the whole production team had moved out to Budapest and we were working in the studios out there which is a cross between an old abandoned studio and a concentration camp. And snow was on the ground and there was no glass in the windows. It was pretty Spartan. I had to go ahead getting things designed and indeed partially made without knowing who they were going to be for, which is really difficult. If they suddenly cast someone 6'6", it's completely different than someone 5'2. You have to modify your work. But I had to go much further down the road than I would have liked to have done. Once the casting did come in, we had to act very quickly to get everything made. Jonas Armstrong was filming something in India. So he wasn't available until the week of Hood Camp when he came out to do the horse riding. Keith Allen wasn't available. We didn't really see any of them until a couple days before we started shooting.

    AWW: With Keith Allen as the Sheriff, I remember these silk pyjamas?

    FT: Silk pyjamas, yes. I don't know if you know who José Mourinho is? He was the Chelsea football [soccer to North Americans] manager. He's Italian and very, very handsome and suave and dashing. And he was the sort of role model. It's difficult to translate that onto Keith Allen. But the simplicity suited him. I just wanted to be a dark figure and keep him as simple and sophisticated in a funny sort of a way. I mean [Keith] wanted to look like a drug dealer. That was his version of what he was playing. So we met somewhere in the middle on that.

    Robin's band -- I wanted then to look like eco warriors, really. The modern equivalent of the outlaw. You probably haven't heard of them in the States but there is a British band called the Levellers who do sort of rock / folk music? Do you know who they are?

    AWW: I know who the historical ones were.

    FT: Right, that's who they've called themselves after. Anyway, they lived round the corner from me. And I used to see them walking up and down the street with their dreadlocks and their baggy jumpers [sweaters] and their dogs on bits of string. So they became the model for the band of boys.

    Frances Tempest's costume design for Much And I had to differentiate the characters of the boys very quickly. So the audience would literally know who was who. They had to have very firm identities but still work together as a group.

    AWW: With Much, the thing that comes to mind is his bandanna.

    FT: His little funny hat, yes. And he had a very nice knitted woolly jumper -- completely anachronistic. But again, it got too hot and he had to take that off. By the end of series one, they were all wearing far less clothes than they had been wearing at the beginning of the series.

    AWW: Djaq's costume changed very much between series one and series two.

    FT: That's right. When she first appeared, the whole point was to make her look like a boy. She's a very nice girl, Anjali [Anjali Jay who played Djaq]. When she turned up and had long hair and was quite definitely a woman. We had to strap her down and find clothes that would disguise her figure. She volunteered to have her hair cut off, which was very brave of her. And I think it came from the BBC - it wasn't Foz's decision - a directive came down for the next series that okay, we had established now that she was a girl. And she could - in fact, they wanted her to look much more feminine. In the second series, her hair was a bit elfin and you could see the shape of her body. That's because they knew they were working up to the romance with Will. So they didn't want any gender confusion to happen there.

    AWW: I can see that, because in the first season she had that patched jacket.

    FT: A military sort looking thing - again very straight and square. She was actually quite a curvy girl, and so we were try to hide all the curves.

    AWW: And Marian had that sort of cardigan look.

    FT: Well, Lucy Griffiths, Marian in real life, was very young. Foz's idea was that Marian should wear the kind of clothes that the teenage girl audience would want to go and buy. He wanted to do a fashion range and put it in Top Shop and call it the Maid Marian range. And I'm glad to say that never happened, but that was his thinking.

    AWW: You could have made some money off that.

    Frances Tempest's riding costume design for Marian - to make her more seductiveFT: Well in fact, I did get letters from girls saying "where did Marian get her green jumper? I want one like that." There was a big change with her between series one and two. In series one, she was quite demure, quite covered up. I wouldn't use the word authentic, but she was a tribute towards the medieval. But then Foz wanted a much more sexy Marian in series two. He wanted her to look older and more womanly and more shapely. And more seductive. There's only so much you can do with a costume, because she was only 18.

    So we established our central core of characters. There would obviously be new characters coming in. And we were shooting two episodes simultaneously all the time. So, on any one day, you could be doing scenes from two episodes which gave everybody a nervous breakdown. You had to make sure the right people were in the right clothes at the right time.

    AWW: So you also worked on set?

    Marian's Public Outfit by Frances TempestFT: I'd go to the set at the beginning of every day and try to make sure everything's fine for that day. Because we were working on such a tight time frame, I would then go off and do fitting or get fabrics, go to the shops or whatever to prepare costumes in advance. Most of the actors in just one episode would literally fly out three or four days before shooting. So, the production shed where they were making the costumes, they got very adept at a quick turnaround. Getting an actor from the airport, fitting them and finishing them off.

    When we first started the whole series, only the scripts for the first two episodes were written. I told you it was commissioned at very short notice. And they were working on the further scripts. So my first object was just to design Robin and his gang, Guy, the sheriff and Marian and to do that core. Then we would worry about other people coming in as and when they happened. We never got scripts until the last minute. We'd get one version, work on that and it would all get changed. The scripts were really, really last minute. But that was not the fault of the production. It was the fault of being commissioned in a hurry, there was never enough preparation time for that.

    AWW: So, why didn't you return to the third series?

    FT: To do one series was a big adventure which is why I took it on. It was an adventure in terms of working in Hungary. It was an adventure as a design challenge, that's what interested me. When they asked me back to series two, I thought well that's a compliment, that's very nice. They liked me. They liked what I did. But I think three is just doing too far. I didn't want to do it again. I'd run out of steam with it.

    AWW: Did they keep any of your costumes?

    FT: I don't know I never saw series three. I would have thought economically, they'd have kept some of it because they were running out of money by that time, but I don't know.

    AWW: So, what was your favourite of all the costumes?

    FT: Well, I liked Guy obviously. I think Guy's very successful. And I can't think of the character he played, but he was the master of arms [DeFourtney played Kwame Kwei-Armah in series 1, episode 3 "Who Shot the Sheriff?"].

    AWW: I remember that one. He had a sort of beret ...

    FT: That's right, a sort of military outfit. He just wore it so well. And it was very interesting that some actors would come out, and obviously because of the time scale were presented with their costumes to put them on. And some of them really entered into the spirit of the modernity and enjoyed it and played with it in their performance and knew the style instantly. While other ones were expecting a traditional Robin Hood medieval look. And were a bit sort of thrown by this modern thing. But most of them embrace it and enjoyed it.

    AWW: Speaking of modern, how did the NightWatchman costume for Marian come about?

    FT: Again, they didn't want her to look like a boy. They wanted her to look like a woman. It was very fitted and the trousers were very fitted. She was quite definitely a woman, and she enjoyed wearing that. Because she had a lot more physical freedom in that, she could run, leap and jump and ride horses.

    AWW: And Lucy Griffiths did most of the stunts?

    FT: She did most of it, yes. They did a lot of their own stunt work.

    AWW: And now you've entered academia.

    FT: It wasn't really Robin Hood that drove me to it. It was actually shooting a film in Africa, in the bush. And I thought "I just can't do this anymore." [Laughs.] I just thought I'm going to do something entirely for my own pleasure. And it doesn't mean I won't ever go back and design a film again. You know, if a wonderful script comes along, but at the moment I'm just enjoying being a student again.

    AWW: So, what was your favourite film you worked on .... excluding Robin Hood?

    FT: Well, the process of Robin Hood was pretty hard and stressful. I enjoyed it in many ways, but it's an interesting thing with films. When you have a lovely time and get along with everybody and think it's all gorgeous, it always turns out to be a dreadful film. And when you have a really hard time, and everybody's sort of panicking, then it usually turns out to be quite good. I don't know why. That's just one of those inverse rules of filmmaking.

    I did a lovely film called A Rather English Marriage with Tom Courtney and Albert Finney in it. That was a really lovely thing to work with. And I did Calendar Girls with a rather strong group of women. That was enjoyable too. This is a group of WI - Women's Institute - ladies who do a naked calendar in order to raise money for charity. And it's all based on real-life stories. The real Calendar Girls were there for the filming and watching what they were doing.

    AWW: How much of real-life designs did you use for that?

    FT: I sort of emphasized ... when you're designing even a modern production, you heighten it slightly. Unless you're doing something like reality. I'm not interested in reality. So the real Calendar Girls had worked out their persona which was to wear black with big sunflowers, which was the symbol for Leukemia charity they were raising money for. So, I just took that motif and heightened it up a bit. But it was exactly the same challenge as doing Robin and his boys in the forest. You had a large group of women, and you had to be able to identify each one of their characters almost immediately. So they all had to have very strong individual identities but still work together as a group. But it was just the same as the boys in the forest.

    [color]AWW: Although with Robin Hood, I guess you had the pleasure of not just refining existing looks of genuine periods but creating a whole....[/color]

    FT: I think Mitchell Leisen did the same thing for the 1922 Douglas Fairbanks film. Because in the established theatrical tradition they did have much actual medieval stuff in stock. There was the Robin Hood operetta costumes, but it wasn't what he wanted. He set up a work crew to create all the costumes, and that was one of the main delights of doing the series. Actually not having to compromise and not having to say "well, I don't really like that set of costumes but they exist so I suppose we had better use them." You had total control. So, megalomania really.

    I'd like to again thank Frances for a fantastic interview.


Dernière édition par Sherwood le Mer 7 Avr - 16:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forumactif.com

avatar

Marian de Knighton
♣ Lady / Nightwatchman ♣


√ LOCALISATION : In the arms of Robin
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 27

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 21 printemps
● Titre: Noble
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Interview de Frances Tempest (Costume Designer de Robin Hood) Ven 26 Mar - 17:23

    Nyaaah!! Je viens d'y apprendre que Lucy a fait la plupart de ses cascades en tant que Nightwatchman toute seule. Lovely! Décidément, je commence à devenir vraiment fan de cette jeune actrice. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle soit comme ça pour tout dire... Je trouve cela admirable qu'elle aille jusqu'au bout de son entreprise. ^^

    Interview a écrit:
    AWW: Guy must have hated his black leather in the summer.

    FT: The summers were awful. I mean, it was very good. The boys loved their costumes. They were thrilled when they first put them on. They really got into them, emotionally inhabited them. It was terrific. But that was about March. And by the time August came, they were ... the temperature was over 30 degrees (Celsius). They could hardly move. And Little John in his big leather coat! But he was very good, he didn't try to take it off. Robin kept trying to... I shouldn't tell you that ... Jonas [Armstrong] kept trying to take all his clothes off, just because he was so hot and to be firmly bundled back into them.

    AWW: But Richard Armitage didn't?

    FT: No, he loved black leather. He wasn't getting out of that, no matter what. [Laughs.]


    Ha-ha! ... I shouldn't tell you that ... But you have to! Definitely the best part... Jonas shirtless in the hot hot summer!!! Youhouh!! And Richard enjoying to be so sexy in black leather. I love you

__________________________________________________________________________________


    Marian: « Everything is a choice, everything we do.»


    ♥ SHERIFF GOT YOUR TONGUE - EPISODE 2 SEASON 1 ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Nightwatchwoman

avatar

Sherwood



MessageSujet: Re: Interview de Frances Tempest (Costume Designer de Robin Hood) Mer 7 Avr - 16:20

    [Crédit : Cette interview a été traduite pour Robin des Bois-Hypnoweb]

    Interview de Frances Tempest pour le site Bold an Outlaw par Allen W. Wright.


    Frances Tempest est la créatrice des costumes des deux premières saisons de la série télé Robin des Bois de Tiger Aspect et de la BBC datant de 2006. Elle a plus de trente ans d'expérience dans cette industrie. Elle a travaillé pour le National Theatre et l'English National Opera. Elle a reçu quatre nominations aux Emmy Awards [récompenses de la télévision américaine] et trois aux BAFTA [récompenses de la télévision anglaise]. Frances a gagné un prestigieux BAFTA pour A Respectable Trade. Elle a notamment participé aux films Jardinage à l'Anglaise et Calendar Girls. En plus de Robin des Bois, elle a participé à de nombreux projets télévisuels comme Lillie, Mapp & Lucia, A Respectable Trade, The Cazalets et A Rather English Marriage. Vous pouvez la voir dans le bonus du coffret DVD de la saison 1 de Robin des Bois intitulé Dressing Hood.
    En 2009, Frances a fait une intervention à la Robin Hood: Media Creature – la conférence universitaire 2009 sur les études sur Robin des Bois à l'université de Rochester (États-Unis). Son article était intitulé Robin Hood for the Playstation Generation, or Every Age Gets the Robin Hood It Deserves [Robin des Bois pour la génération Playstation, ou chaque génération doit avoir le Robin des Bois qu'il mérite].

    Cette interview a été réalisée à Rochester, dans l'état de New York, à la conférence universitaire sur Robin des Bois en octobre 2009.



    Je suppose que nous devrions commencer par votre article sur le fait de rendre la période médiévale moderne.
    Le titre exact est Robin Hood for the Playstation Generation [Robin des Bois pour la génération Playstation] qui est une citation de Foz Allan [producteur de la série]. Quand je les ai rencontré pour parler de la série, tout ce concept de modernité était déjà bien établi. Donc, je ne vais pas prendre ça pour moi. Ils savaient que c'était comme ça qu'ils allaient faire tout le truc. Mais ça a été commandé très tardivement. Foz et Dominic [Dominic Minghella, producteur exécutif et scénariste en chef des saisons 1 et 2] travaillaient sur cette idée depuis un certain temps. Ils avaient présenté l'idée d'une série sur Robin des Bois à la BBC, mais ils n'étaient pas très emballés au départ. Puis un nouveau directeur de la BBC One a été nommé et il a annoncé lors d'une conférence de presse que la BBC pourrait commander des séries d'aventures à l'ancienne comme Robin des Bois. Quelqu'un s'est souvenu du projet de Foz et soudain tout s'est enchaîné. Foz et Dominic ont dû créer une série en 13 épisodes en un court laps de temps.

    Je suis venue discuter avec eux et Foz a dit que c'était "Robin des Bois pour la génération Playstation". Ils voulaient vraiment faire [une série] jeune, masculine – c'était vraiment conçu pour les garçons. C'était là où se trouvaient leur public. S'ils pouvaient prendre d'autres gens en cours de route, c'était un plus. Mais c'était vraiment conçu pour les garçons.

    Qu'en est-il du public féminin ? Il semble que beaucoup de femmes l'ont apprécié.
    Robin était supposé être pour le public féminin. Je pense que ce but n'a jamais été complètement atteint parce que Guy de Gisborne est arrivé entre temps et lui a volé la vedette. Cela ne devait pas se passer comme ça mais tout simplement à cause du casting c'est ce qui s'est produit.

    J'ai vu ça avec les débats sur les "fanfic" [Une conférence précédente portait sur le fait que beaucoup "d'épisodes virtuels", "d'épisodes écrit par les fans" étaient centrés sur Gisborne au lieu de Robin des Bois].
    Et bien, je n'en avais aucune idée parce que je n'avais pas vu North and South [mini-série de la BBC avec Richard Armitage]. Je n'avais pas réalisé que Richard Armitage avait un aussi grand nombre de fans, il est arrivé avec toutes ces centaines de fans. Je n'en avais aucune idée. Et alors je l'ai habillé de cuir noir. Soudain, il y avait des sites partout ! [Rires] J'avais en tête cette image de pilote de course ou de motard – comme Alain Delon – le jeune Alain Delon. Il allait être fantastique, pilote de course sexy, c'était mon image de lui.

    Il avait également ce manteau qui rappelait un héros de western, et qui ressemblait presque à une cape époque régence.
    C'était un mélange entre une cape régence, Sherlock Holmes et La Conquête de l'Ouest. J'ai essayé de mélanger tous ces éléments. Bien sûr, cela a été tempéré – comme toujours – par des considérations pratiques. Il devait être capable de monter et descendre de son cheval avec. Il devait pouvoir se battre avec. Il y avait des cascadeurs, mais beaucoup des acteurs ont fait énormément de leurs propres cascades. Donc toutes ces considérations pratiques devaient être envisagées.

    Vous avez également fait une autre tenue pour Guy, avec un passepoil autour des manches [la veste que porte Guy avec des sortes de ''spirales'' au niveau des épaules]
    Oui, qui était fermée avec ces attaches en forme de tête de loup. Et ils avaient les loups sur ses gants – comme des poings américains. Tout ce que je peux dire c'est que j'ai passé beaucoup de temps à traîner dans les magasins de motards à Budapest.

    Vraiment ? Donc vous les avez créés sur le tournage en Hongrie, pas en Angleterre ?
    Avant que l'on me propose ce travail, la décision avait déjà été prise de faire la série en Hongrie. L'idée était que les chefs de départements, le décorateur, le costumier et le directeur de la photographie viendraient d'Angleterre. Tout le reste de l'équipe technique serait hongrois. Ce qui était bien, mais bien sûr, il y a la barrière de la langue. De plus, les Hongrois sont très fiers du fait que personne d'autre qu'eux ne peut comprendre leur langue. Nous avons dû mettre en place un système de dessins et de schémas. Nous nous en sommes bien sortis. Il est apparu évident que nous devions tout faire et tout acheter en Hongrie. Nous ne pouvions acheter ailleurs. Nous avons dû mettre sur pied un petit atelier de couture pour mettre au point et produire les costumes en série. J'avais également un autre petit atelier pour faire les peintures, les teintures et vieillir les vêtements.

    Puis les garçons, Robin des Bois et son équipe, sont arrivés une semaine avant le tournage pour ce qu'ils ont appelé le Hood Camp [aussi appelé la Hood Academy]. Ils les ont emmenés dans la forêt pendant une semaine. C'était comme un camp d'entraînement des Forces Spéciales. Ils les ont laissés se débrouiller tout seul. Ils ont monté à cheval, manié l'épée et fait tout ce qu'ils devaient savoir faire. Bien sûr les garçons ont adoré ça ! Parce que c'était ''une grande aventure'' – ils ont trouvé ça fantastique. Autant que possible, je leur ai donné leur costume parce que je pensais que ça leur donnerait un côté déjà porté et usé. Bien évidemment, ils sont revenus en lambeaux. [Rires]
    J'ai dû avoir un autre département – bon, trois ou quatre personnes – qui réparaient en permanence [les costumes]. Bien que je voulais qu'ils paraissent avoir déjà été portés, je ne voulais pas qu'ils ressemblent à des épouvantails. J'avais donc des gens qui faisaient constamment des réparations et nous devions avoir de nombreux exemplaires de chaque costume. Je pense qu'à la fin nous devions avoir quelque chose comme dix vêtements pour Robin.

    Nous avions cette capuche verte en daim. Nous en avions un double pour son cascadeur. Nous en avions une en coton pour quand il tombait à l'eau ou qu'on déversait de l'huile sur lui. L'été en Hongrie il fait incroyablement chaud, donc nous avons dû faire une version plus légère. Je pense qu'à la fin nous en avions une douzaine de chaque mais tous identiques.

    Guy a dû détester son cuir noir pendant l'été.
    Les étés furent atroces. Je veux dire, c'était très bien. Les garçons adoraient leurs costumes. Ils étaient excités quand ils les ont enfilés pour la première fois. Ils sont vraiment rentrés dedans, les ont habités émotionnellement. C'était génial. Mais ça c'était en mars. Et quand le mois d'août est arrivé, ils étaient ... la température dépassait les trente degrés Celsius. Ils pouvaient difficilement bouger. Et Petit Jean dans son grand manteau de cuir ! Mais il était très bien, il n'a pas essayé de l'enlever. Robin n'arrêtait pas d'essayer de ... je ne devrais pas vous dire ça ... Jonas [Armstrong] n'arrêtait pas d'essayer d'enlever tous ses vêtements, juste parce qu'il avait trop chaud et pour être ensuite fermement renfermé dedans.

    Richard Armitage n'a pas essayé ?
    Non il aimait le cuir noir. Il ne l'enlevait pas, quoiqu'il arrive. [Rires]

    Quelle a été l'approche des personnages au niveau de la conception des costumes ? Avec Guy, vous avez parlé de l'influence de la moto.
    Le but, autant qu'il y en avait un – cette conversation avec Foz – était de créer un mélange de modernité et d'époque médiévale que le jeune public pourrait prendre comme point de référence, auquel il pourrait réagir et qui ne les ferait pas fuir. Le producteur exécutif avec lequel j'ai discuté ensuite de ce processus m'a dit que nous ne pouvions pas les mettre en collant parce qu'ils auraient eu l'air ridicule et je me suis demandé pourquoi. Mais les garçons étaient terrifiés à l'idée de porter des collants.

    Mais aucun Robin des Bois – des versions sérieuses [je ne compte pas Sacré Robin des Bois] n'a porté de collant depuis près de quarante ans.
    Ils ont eu le même problème sur Robin des Bois - Prince des Voleurs. Un héros romantique moderne ne peut pas porter de collant.

    Même Douglas Fairbanks – bien qu'il ait porté des collants – était inquiet à ce sujet.
    Je suis très perplexe sur la matière de ces collants. Ils doivent contenir une sorte de nylon, parce qu'ils sont complètement ''rigides''. Je veux dire que ce sont les collants que tout super héros rêve d'avoir. Il n'y avait jamais un accroc ni un pli !

    Je pense qu' Errol Flynn portait le mieux les collants.
    Errol Flynn, et parce que le dessin animé de Disney reproduisait le film de Flynn, c'est devenu une référence.
    C'est ce à quoi les gens pensent quand ils pensent à Robin des Bois. Bien que, comme vous l'avez dit, depuis La Rose et la Flèche, il n'a pas été montré ainsi.

    A moins que ce soit une version comique et qu'ils le tournent en dérision. Mais pour votre Robin, vous avez choisi une capuche.
    J'ai trouvé, j'ai recherché quelques vêtements mortuaires du XIVe siècles, et il y avait quelques tuniques à capuches qui ont été retrouvées. Et je me suis dit ok, la capuche est un vêtement moderne identifiable de la jeunesse. C'est donc comme ça qu'il s'est retrouvé avec sa capuche.

    Il y avait des replis dans le costume vers le ventre n'est-ce pas ? Pour reproduire les formes de la capuche.
    Oui, il avait ce que j'appelle un gilet de protection quand il est revenu. C'était un gilet de cuir avec une grande capuche en cuir. Le réalisateur du premier épisode, John McKay, a regardé beaucoup de films épiques chinois et japonais et il voulait reproduire certains de leurs choix de costumes. Ce qu'il voulait c'était abandonner le traditionnel carquois de Robin des Bois, celui qui se porte en bandoulière et lui donner un qui se porte le long de la colonne vertébrale, comme un guerrier ninja. L'équipe chargé de la décoration et des accessoires a travaillé sur le carquois, mais j'ai dû adapter les costumes. A la fin, j'ai trouvé une façon de faire, j'ai séparé le fond de la capuche de Robin en deux parties liées par un lacet comme ça vous pouvez l'ouvrir et le les flèches peuvent dépasser ou vous pouvez lier le fond de la capuche et cela formera alors une capuche. Je veux dire par là que c'était plutôt difficile pour Jonas de sortir rapidement les flèches. Ce réalisateur a fait les deux premiers excellents épisodes de la première saison et puis est parti. Mais la décision avait été prise et donc tous les réalisateurs suivant ont travaillé avec ça.

    Quand vous avez créé les costumes, saviez-vous qui allait jouer les rôles ?
    Non, je n'en savais rien du tout. Le casting a été fait très tard parce qu'il y avait à la fois John McKay, le réalisateur des épisodes un et deux, Foz Allan qui travaillait pour Tiger Aspect et la BBC. Un accord devait être trouvé entre tous ces gens sur qui allait jouer le rôle. La production et toute l'équipe de production étaient parties à Budapest et travaillaient depuis les studios hongrois qui sont un croisement entre un vieux studio abandonné et un camp de concentration. Il y avait de la neige au sol et pas de vitre sur les fenêtres. C'était plutôt spartiate. Je devais prendre de l'avance en créant ces costumes et les faire en partie sans savoir à qui ils étaient destinés, ce qui est très difficile. S'ils prenaient subitement quelqu'un de deux mètres, c'est complètement différent que quelqu'un qui mesure 1m60. Vous devez modifier votre travail. J'ai dû aller beaucoup plus loin que je l'aurais voulu. Une fois que les acteurs sont arrivés, nous avons dû aller très vite pour que tout soit prêt. Jonas Armstrong était en train de tourner quelque chose en Inde, il n'était donc pas disponible avant la semaine du Hood Camp quand il est venu apprendre à monter à cheval. Keith Allen n'était pas disponible également. Nous ne les avons vraiment vu que quelques jours avant le début du tournage.

    Pour Keith Allen qui joue le Shérif, je me souviens de ce pyjama en soie.
    Pyjama en soie en effet. Je ne sais pas si vous savez qui est José Mourinho ? C'était le directeur sportif de l'équipe de foot de Chelsea. Il est italien et très, très mignon, sophistiqué, superbe ... il a été une sorte de modèle. C'est difficile de transposer ça sur Keith Allen. Mais la simplicité lui va si bien. Je voulais simplement être un personnage de l'ombre, le laisser le plus simple et sophistiqué d'une manière un peu comique. Je veux dire que [Keith] voulait ressembler à un dealer de drogues. C'était sa version de ce qu'il interprétait. Donc on est arrivé à un juste milieu.

    La bande de Robin ... je voulais qu'ils ressemblent à des guerriers écologistes. L'équivalent moderne des hors-la-loi. Vous n'avez probablement jamais entendu parler d'eux aux États-Unis mais il y a un groupe britannique qui s'appelle les Levellers qui fait une musique rock / folk. Vous les connaissez ?

    Je sais qui sont les personnages historiques.
    Et bien ce sont ceux d'après qui ils se sont appelés. De toute façon, ils vivent près de chez moi. Je les voyais marcher dans la rue avec leurs sweats trop large et leurs chiens au bout d'une corde. Ils sont donc devenus mon modèle pour la bande de garçons.
    J'ai dû établir les caractéristiques de chacun rapidement pour que le public sachent qui est qui. Ils devaient avoir des identités bien établies mais toujours fonctionner ensemble en tant que groupe.

    Pour Much, ce qui me vient à l'esprit c'est son bandana.
    Son petit couvre-chef rigolo. Il avait un joli petit pull de laine tricoté – totalement anachronique. Mais une fois encore, il a fait trop chaud et il a dû l'enlever. A la fin de la saison, ils portaient tous beaucoup moins de vêtements par rapport à ce qu'ils portaient au début.

    Le costume de Djaq a beaucoup changé entre les saisons 1 et 2.
    C'est exact. Quand elle est apparue pour la première fois, il fallait la faire ressembler à un garçon. Anjali [Jay] est une fille très sympa. Quand elle est arrivée, avec ses longs cheveux, elle était très féminine. Nous avons dû les couper et trouver des vêtements qui cacheraient ses formes. Elle était d'accord pour couper ses cheveux, ce qui était très courageux de sa part. Je crois que c'est venu de la BBC – ce n'était pas la décision de Foz - une directive est tombée pour la nouvelle saison que nous pouvions, maintenant que nous avions établi que c'était une femme, la rendre plus féminine, en fait nous devions la rendre beaucoup plus féminine. Dans la seconde saison, ses cheveux étaient un peu plus long et ébouriffés et vous pouvez voir ses formes. C'est aussi parce qu'ils savaient qu'ils mettaient en place l'histoire d'amour avec Will. Ils ne voulaient donc pas de confusion possible.

    Je vois ça parce que dans la première saison elle porte cette veste à poches.
    Une sorte de look militaire – une nouvelle fois très droit et très carré. Elle est une femme plutôt avec des formes, donc nous essayions de cacher toutes les rondeurs.

    Et Marian a ce genre de look près du corps.
    Lucy Griffiths, Marian, en réalité était très jeune. L'idée de Foz était que Marian devait porter le genre de vêtements que les jeunes téléspectatrices iraient acheter. Il voulait créer une ligne de vêtements, la vendre chez Top Shop [chaîne de magasin de vêtements britanniques très populaire destinée aux jeunes filles] et l'appeler ''la ligne de Dame Marian". Et je suis heureuse de dire que ce n'est pas arrivé, mais c'était son idée.

    Vous auriez pu faire de l'argent avec ça.
    En réalité, j'ai reçu des lettres de jeunes filles disant ''où Marian a-t-elle trouvé son pull vert ? J'en veux un comme ça.'' Il y a eu un grand changement entre les saisons une et deux. Dans la saison 1, elle était plutôt réservée, protégée. Je ne dirais pas authentique mais elle était un hommage à l'époque médiévale. Mais ensuite Foz a voulu une Marian beaucoup plus sexy pour la saison 2. Il voulait qu'elle fasse plus âgée, plus féminine et que l'on voit ses formes. Et plus séduisante. Il y a tellement de choses que vous pouvez faire avec un costume, surtout parce qu'elle n'a que 18 ans.
    Nous avons donc établi les caractéristiques principales de nos personnages. Il y avait forcement des nouveaux personnages qui allaient arriver. De plus, nous tournions deux épisodes simultanément. Donc, n'importe quel jour, vous pouviez faire des scènes de deux épisodes différents ce qui donnait mal à la tête à tout le monde. Vous deviez vous assurer que les bonnes personnes étaient dans les bons costumes au bon moment.

    Donc vous travailliez également sur le plateau ?
    J'allais sur le plateau au début de chaque jour de tournage et essayais de m'assurer que tout était prêt pour la journée. Parce que nous travaillions sur un court intervalle de temps, j'allais ensuite à l'atelier, faire des essayages ou de la couture, faire les boutiques ou autres pour préparer les costumes à l'avance. La plupart des acteurs ne sont que dans un épisode, ils arrivaient trois ou quatre jours avant le tournage. Donc dans le hangar où ils faisaient les costumes, ils sont devenus des spécialistes de l'adaptation: récupérer un acteur à l'aéroport, l'habiller et finir le costume.

    Quand nous avons commencer la série, seuls les scripts des deux premiers épisodes étaient écrits. Je vous ai déjà dit que cela avait était commandé très tardivement. Ils étaient en train de travailler sur les suivants. Mon premier objectif était juste de dessiner Robin et sa bande, Guy, le Shérif et Marian, de faire ce 'noyau'. Ensuite nous nous inquiéterions des autres personnes au fur et à mesure de leur apparition. Nous avions toujours les scripts à la dernière minute. Nous avions une version, commencions à travailler dessus et tout pouvait complètement changer. On avait vraiment les scripts à la toute dernière minute mais ce n'était pas la faute de la production mais du fait d'avoir été commandé dans l'urgence, il n'y avait pas assez de temps de préparation en amont.

    Pourquoi n'êtes-vous pas revenue pour la troisième saison ? [C'est HowardBurden qui la remplace]
    Faire une saison fut une grande aventure c'est pour ça que je l'ai fait. C'était une aventure du fait de travailler en Hongrie, de créer les costumes, c'est ce qui m'a intéressé. Quand ils m'ont demandé de revenir pour la saison 2, je me suis dit que c'était un compliment, c'était très gentil. Ils m'ont apprécié. Ils ont aimé ce que j'ai fait. Mais je pense que la saison 3 c'était trop. Je ne voulais pas recommencer. J'étais épuisée.

    Ont-ils gardé un de vos costumes ?
    Je ne sais pas, je n'ai jamais vu la saison trois. Je pense que pour des raisons économiques, ils en ont gardé quelques uns, ils avaient des restrictions budgétaires à ce moment là, mais je n'en sais rien.

    De tous les costumes, lequel était votre préféré ?
    Et bien, évidemment j'aimais Guy. Je pense que Guy a eu beaucoup de succès. Et je ne me rappelle plus de son nom mais celui du maître d'armes [DeFourtnoy interprété par Kwame Kwei-Armah dans l'épisode 103 Qui veut la peau du Shérif ?].

    Je me souviens de celui-ci, il portait une sorte de béret ...
    C'est ça, [il portait] une sorte de vêtement militaire. Il le portait juste si bien. C'était très intéressant, à cause du décalage temporel, certains acteurs arrivaient et on leur remettait leur costumes à essayer. Certains adhéraient vraiment à l'idée de modernité, jouaient avec dans leur interprétation et avaient instantanément compris le style alors que d'autres attendaient un look médiéval traditionnel, ils étaient un peu désarçonnés par la modernité. Mais la plupart l'ont adopté et apprécié.

    En parlant de modernité, comment est venue l'idée du costume de Veilleur de Nuit pour Marian ?
    Une nouvelle fois, ils ne voulaient pas qu'elle ressemble à un homme. Ils voulaient qu'elle ait l'air d'une femme. C'était très ajusté notamment au niveau du pantalon. Elle ressemblait sans aucun doute à une femme et [Lucy] aimait porter cette tenue parce qu'elle avait beaucoup plus de liberté de mouvement avec, elle pouvait courir, sauter et monter à cheval.

    Lucy Griffiths a fait la plupart de ses cascades ?
    Elle en a fait la plupart. Ils ont tous fait beaucoup de leurs propre cascades.

    Et maintenant vous entrez dans le monde universitaire.
    Ce n'est pas vraiment Robin des Bois qui m'y a conduit. J'étais en train de tourner un film en Afrique, dans la brousse et je me dit: ''Je ne peux plus continuer à faire ça''. [Rires] J'ai juste pensé à faire quelque chose entièrement pour moi. Ça ne veut pas dire que je ne ferais plus jamais de costumes. Vous savez, si un beau scénario se présente ... mais pour le moment j'apprécie le fait d'être à nouveau une étudiante.

    Quel est le projet sur lequel vous avez travaillé que vous préférez ... en excluant Robin des Bois ?
    Et bien le processus de Robin des Bois a été plutôt difficile et stressant. Je l'ai apprécié à différents niveaux, mais c'est une chose intéressante avec les films. Quand vous avez un moment agréable, que vous vous entendez avec tout le monde et pensez que tout est beau, cela devient toujours un film épouvantable. Et quand vous passez un moment vraiment difficile, que tout le monde panique, cela donne généralement un truc plutôt pas mal, je ne sais pas pourquoi. C'est juste une de ces règles inversées du cinéma.

    J'ai fait un film sympathique appelé Un Couple Peu Ordinaire avec Tom Courtney et Albert Finney. J'ai vraiment passé un bon moment lors du tournage. J'ai fait Calendar Girls avec un groupe de femmes plutôt fortes. C'était agréable également. C'est un groupe de femmes du Women's Institute [association de femmes pour la ''recherche du bonheur dans l'accomplissement''] qui posent nues pour un calendrier pour lever des fonds pour une association caritative, c'est basé sur une histoire vraie. Les vraies Calendar Girls étaient sur le tournage et regardaient ce qu'ils faisaient.

    Combien de costumes de la vie de tous les jours avez-vous utilisé pour ce projet ?
    Je mets en quelque sorte l'accent dessus ... même quand vous créez pour une production contemporaine, vous accentuez légèrement à moins que vous fassiez quelque chose de réel. Les vraies Calendar Girls ont donc travaillé leur propre personnage, c'est à dire un vêtement noir avec un gros tournesol qui était le symbole de l'association contre la Leucémie pour laquelle elles levaient des fonds. J'ai donc pris ce motif et l'ai un peu mis en valeur. Mais c'est exactement le même défi que de faire Robin et sa bande dans la forêt. Vous avez un grand groupe de femmes et vous devez être capable d'identifier chacun des personnages presque instantanément. Elles devaient donc avoir une identité individuelle forte mais toujours fonctionner en tant que groupe. C'était exactement la même chose que les garçons dans la forêt.

    Bien qu'avec Robin des Bois je pense que vous avez eu le plaisir de ne pas juste perfectionner le look de véritables époques mais en créer de nouveaux ...
    Je pense que Mitchell Leisen a fait la même chose pour le film de 1922 avec Douglas Fairbanks parce que dans la tradition théâtrale ils avaient conservé beaucoup de trucs médiévaux. Il y avait des costumes d'opérette pour Robin des Bois, mais ce n'était pas ce qu'il voulait. Il a mis en place un groupe de travail pour créer tous les costumes, et c'est une des principales joies de faire la série. En fait, ne pas avoir à faire de compromis et ne pas avoir à dire '' et bien je n'aime pas vraiment ce groupe de costumes mais ils existent donc je suppose que nous ferions mieux de les utiliser''. Vous avez un contrôle total. De la mégalomanie pure.

    J'aimerais remercier une nouvelle fois Frances pour ce fantastique entretien.
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forumactif.com


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Interview de Frances Tempest (Costume Designer de Robin Hood)

Revenir en haut Aller en bas

Interview de Frances Tempest (Costume Designer de Robin Hood)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDEMPTION :: 
    OUT OF CHARACTER...
 :: 
∴ LA SERIE ROBIN HOOD ∴
 :: Le Multimédia :: Les Dossiers de Presse
-