AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Something There

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Marian de Knighton
♣ Lady / Nightwatchman ♣


√ LOCALISATION : In the arms of Robin
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 26

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 21 printemps
● Titre: Noble
● Inventaire:

MessageSujet: Something There Ven 27 Aoû - 10:49

Something There



ÉTÉ 1194
NOTTINGHAM

Heureusement, Marian avait réussi à réussi à revenir à Nottingham sans se faire repérer par les hommes du Shérif ou qui que ce soit d’autre. Il lui fallait maintenant encore traverser la place centrale de la ville pour arriver aux portes du château. Elle était presque arrivée, enfin.

C’est le cœur battant que la jeune femme traversa une nouvelle fois la place où se tenait le marché. Sans s’en rendre compte, elle avait considérablement accéléré le pas et légèrement baissé sa tête toujours dissimulée par la capuche.

« Marian ? »

Le cœur de la jeune femme fit un bond dans sa poitrine et elle s’arrêta net.

Guy. C’était la voix de Guy. Amoureux d’elle ou pas, le bras droit du Shérif allait sûrement se demander pourquoi elle ne respectait pas les règles de son assignement à résidence. Et il aurait sûrement des doutes sur la raison qui l’avait poussé à se déguiser en servante pour s’éclipser du château…

Tandis que Marian tentait de se maîtriser pour ne pas afficher l’air de celle qui venait de se faire prendre la main dans le sac, elle vit que le maître d’armes l’avait rejoint, le sourire aux lèvres.

« Guy ?... » répondit Marian en ôtant précipitamment sa capuche pour ne pas faire croire qu’elle tenait vraiment à se cacher.

Remettant innocemment une mèche derrière son oreille, elle lui adressa un faible sourire tandis qu’elle attendait, la boule au ventre, la sentence de l’homme de main du Shérif. Comment allait-elle se justifier ? Qu’allait-elle trouver à lui dire ?

En même temps, son soupirant connaissait son désir de liberté et d’indépendance. Elle pourrait toujours jouer là-dessus et prétendre qu’elle avait simplement envie de sortir hors des murs étouffants du château. Cela pourrait être plausible. Après tout, n’était-elle pas censé avoir passé presque un an dans un couvent ? Cela serait plus que compréhensible si elle le justifiait ainsi…


Dernière édition par Marian de Knighton le Mar 31 Aoû - 19:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Nightwatchwoman


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Lun 30 Aoû - 18:01

Messire Guy de Gisborne descendit les quelques marches qui menaient à la cour du château. Il voulait prendre l’air pour se calmer. Il avait passé un long moment à chercher Marian dans tout le château, mais sans succès. Le maître d’armes commençait sérieusement à s’inquiéter et il se demandait où la jeune femme pouvait bien être.

Debout sur la première marche, Gisborne regardait devant lui, mais sans faire attention à ce qui se passait. Son cœur battait à vive allure. Pour une des rares fois de sa vie, il avait peur, mais pas pour lui. Il avait peur pour la femme qu’il aimait. Le Shérif était capable de tout, même du pire. Si, comme Guy le pensait, Marian était sortie du château sans la permission de Vasey, la fureur de celui-ci serait immense s’il le découvrait et la jeune femme en subirait les conséquences.

Gisborne rejeta la tête en arrière et ferma les yeux. Marian… Il l’aimait tant. Imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde qu’il ne risquait de ne plus jamais la revoir lui brisait le cœur. La jeune femme comptait énormément pour lui, il tenait à elle plus qu’à sa propre vie.

« Marian… Ne me laissez pas…», murmura-t-il dans un souffle.

Le maître d’armes serra les poings. Même si elle avait désobéi à la règle de son assignation à résidence, il ne parvenait pas à lui en vouloir. Il savait très bien que la jeune femme était de nature indépendante et que la contraindre à rester ici équivalait à enfermer un oiseau dans une cage. Guy espérait seulement qu’elle n’était pas partie trop loin et qu’elle serait de retour avant que le Shérif ne s’aperçoive de son absence.

Quelque peu calmé, il releva la tête et ouvrit les yeux. Son cœur fit un bond dans sa poitrine en reconnaissant Marian, habillée en servante, à quelques mètres de lui. Elle était de profil et portait une cape avec une capuche, mais malgré cela, il était sûr de ne pas se tromper. Il reconnaissait sa silhouette gracile entre mille. Il fit quelques pas dans sa direction tout en l’appelant.

La jeune femme se retourna et Gisborne vit qu’il ne s’était pas trompé. Il s’agissait bien de la belle Marian. Il la vit se découvrir la tête rapidement avant de l’entendre prononcer son prénom, ce qui eut pour effet d’accélérer encore les battements de son cœur. Il n’y avait sur Terre plus exquise musique que le son de sa douce voix l’appelant par son prénom.

« Marian, j’étais fou d’inquiétude. Je vous ai cherché partout. Où donc étiez-vous passé ? » lui demanda-t-il d’un ton inquiet.
Revenir en haut Aller en bas


Marian de Knighton
♣ Lady / Nightwatchman ♣


√ LOCALISATION : In the arms of Robin
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 26

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 21 printemps
● Titre: Noble
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Lun 30 Aoû - 19:14

« Marian, j’étais fou d’inquiétude. Je vous ai cherché partout. Où donc étiez-vous passé ? » lui demanda Guy sur un ton qui traduisait combien son inquiétude avait été grande.

Marian se rapprocha lentement de lui jusqu'à se retrouver si près de l'homme en noir qu'elle n'aurait qu'à tendre à peine la main pour le toucher. La jeune femme réprima un frisson.

« Je... j'étais simplement partie me promener » balbutia la jeune lady tout en adoptant un ton et une mine penaude.

« Je suis désolée, je ne voulais pas vous inquiéter... » ajouta-t-elle dans un souffle. « J'avais juste besoin de réfléchir un peu.... d'être en dehors des murs du château...»

« Je suis un peu lasse des murs...» ajouta-t-elle avec un petit sourire désolée tout en relevant les yeux pour croiser le regard clair et intense du maître d'armes, fixé sur elle.

Marian disait vrai, du moins en partie. Elle n'aimait pas tellement mentir... Même si elle le mentait très souvent ces dernières années, pour protéger son père, pour se protéger elle-même et pour continuer à aider le peuple, cela ne voulait pas dire qu'elle appréciait de devoir le faire. Et autant elle n'avait aucun scrupule à mentir devant le shérif, autant - et elle avait encore quelque peu du mal à l'admettre - avec Guy, c'était une tout autre affaire... Elle devait lui mentir, c'était certain. Jamais elle ne pourrait lui révéler la vérité, ce serait pure folie. Et cela la peinait... Car malgré tout l'amour qu'il éprouvait pour elle, elle savait qu'il n'hésiterait pas une seconde à la faire mettre à mort s'il apprenait qu'elle était le Veilleur de Nuit, ou encore, s'il apprenait qu'elle était avec Robin et complotait avec le hors-la-loi pour contrer les actions néfastes du shérif et des Chevaliers Noirs.

Il y avait presque deux ans maintenant, elle n'avait aucun problème pour agir de la sorte. Mentir et jouer la comédie devant le bras-droit du shérif ne lui posait alors aucun problème. Mais à présent, les choses étaient légèrement différentes... Peut-être était-ce elle qui avait changé, cependant elle en doutait. Guy par contre avait changé. Sous ses yeux, il s'était transformé de jour en jour. Peu à peu, il lui avait montré la preuve qu'il n'était pas tout à fait l'homme qui semblait être de premier abord... Il avait un autre côté et pouvait très bien se montrer doux, sensible et prévenant en sa présence. De même, elle l'avait vu plus d'une fois faire preuve de compassion pour autrui. Marian n'avait jamais douté de l'existence de ce "bon côté" chez Guy, et elle en découvrait chaque jour un peu plus. Elle le pensait donc un peu au fond lorsqu'elle disait être désolée de l'avoir inquiété. Après tout, malgré tout ce qu'il avait pu lui faire, la contraindre à accepter le mariage avec lui, lui mentir par rapport au fait qu'il n'avait pas cherché à assassiner le Roi, et brûler sa maison, il avait été bon pour elle. Ne l'avait-il pas sauvé à plusieurs reprises, que ce soit des foudres du shérif ou des intentions malhonnêtes d'autres personnes, tels que le comte de Winchester ?

Quant au fait d'en avoir marre d'être enfermée entre quatre murs, c'était tout à fait vrai, mais ce n'était bien entendu pas la raison qui cette fois-ci l'avait poussé à sortir, et elle omettait de dire que cela ne faisait que depuis hier qu'elle s'était réellement retrouvé entre quatre murs, et non près d'un an. Elle n'avait pas passé ces onze dernier mois enfermée dans un couvent mais vivant librement dans la forêt de Sherwood, à voler et à redistribuer les richesses avec une bande de hors-la-loi. La jeune femme n'en revenait toujours pas que le maître d'armes n'ait pas cherché de nouveau à la voir en lui rendant une visite au couvent de Rippley, et ce, malgré son ordre impérieux de ne pas le faire et de la laisser tranquille. Après tout, la dernière fois qu'ils s'étaient vus avant ce "sauvetage" dans l'arbre, elle avait du l'embrasser, et elle avait alors été persuadé qu'après cet épisode il chercherait à la retrouver. Mais Guy, bien qu'il semble énormément épris d'elle, avait respecté son vœu. Et pour cela, elle lui en était reconnaissante. Ainsi, sa couverture avait été presque parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Nightwatchwoman


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Mer 8 Sep - 13:59


Le maître d’armes sentit son cœur se serrer en entendant la dernière phrase prononcée par la jeune femme. Il voyait bien qu’elle souffrait de cette situation. Il imaginait qu’elle ne devait avoir qu’une envie, celle de quitter le château définitivement. Et il souffrait rien que de penser à cette idée de ne plus jamais la voir.

S’il désapprouvait la manière dont le Shérif la traitait en l’obligeant à rester dans l’enceinte du château, Guy était également secrètement ravi que Marian doive rester en ces lieux. Parfois, il n’en pouvait plus et ne désirait qu’une chose, pouvoir quitter lui aussi le château. Seule la présence de Marian rendait cet endroit supportable. Le simple fait de la croiser régulièrement au détour d’un couloir ou dans la cour du château illuminait sa journée et lui faisait oublier tous ses problèmes.

Marian lui avait cruellement manqué lorsqu’elle s’était retirée pendant presque une année entière au couvent de Ripley suite à la mort de son père. Lorsqu’elle lui avait demandé de ne pas chercher à la revoir, il avait respecté son vœux, même s’il avait énormément souffert de ne plus pouvoir la voir, ni lui parler. L’absence de la jeune femme avait été l’une des choses les plus dures qu’il ait eu à supporter dans toute son existence.

Mais à présent, elle était de nouveau là, la simple présence de la jeune femme et le fait de pouvoir la côtoyer tous les jours ou presque était une chose infiniment précieuse pour lui.

Les yeux toujours fixés sur elle, Guy se pencha un peu plus vers elle, comme s’il avait peur qu’une tierce personne puisse l’entendre.

« Marian, je comprends votre besoin de liberté, mais je refuse que vous preniez le moindre risque en vous aventurant seule hors du château. Je ne veux pas vous perdre », lui répondit-il, la voix brisée par l’émotion.
Revenir en haut Aller en bas


Marian de Knighton
♣ Lady / Nightwatchman ♣


√ LOCALISATION : In the arms of Robin
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 26

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 21 printemps
● Titre: Noble
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Mar 14 Sep - 12:10

Guy se rapprocha d’elle avec un air de sincère désolation et de considération.

« Marian, je comprends votre besoin de liberté » lui-dit calmement, « mais je refuse que vous preniez le moindre risque en vous aventurant seule hors du château. »

Marian ne dit rien, gardant les yeux rivés au sol, comme une enfant prise en faute. Intérieurement pourtant, elle bouillait d’indignation. En dehors des humeurs du shérif, elle savait qu’elle ne risquait quasiment rien puisqu’elle savait parfaitement se défendre. Mais cela, Guy l’ignorait encore… Comme il devait ignorer aussi - du moins elle l’espérait - son dernier éclat sur le marché, un peu plus tôt dans la matinée. A moins qu’il ne lui ait pas fait savoir, préférant conserver la discrétion et décider une fois de plus de la couvrir…

Pourtant, ce n’était pas tellement le fait que Guy la prenne pour une faible femme qui l’indignait pour tout dire. Elle était surtout sincèrement ennuyée par cet assignement à résidence qui entravait ses mouvements et sa liberté. Et d’ailleurs, était-elle vraiment toujours d’actualité ? Elle avait quitté le château, et si elle était revenue, ce n’était que de son plein grès. Le shérif pouvait-il réellement conservé ces mesures qui n’avaient plus été appliquées depuis presque un an ? Depuis qu’elle avait perdu son père… Le seul qui aurait pu d’ailleurs avoir une véritable voix et un véritable pouvoir en ces lieux, au château, et donc constituer une menace potentielle.

Car après tout, orpheline et désormais sans domaine, richesse ou héritage de quelque sorte, quel danger représentait-elle ? Elle avait été dépossédée de presque tout ce qu’elle détenait auparavant, du moins matériellement parlant. Seul lui restait ce titre qui n’avait à présent que bien peu de valeur désormais, ainsi que sa fierté…

« Je ne veux pas vous perdre » , conclut avec émotion l’homme qui lui faisait face, son regard la fixant avec intensité.

La jeune femme releva les yeux pour constater que Guy s’était encore rapproché d’elle, et se trouvait désormais tout près. Et on sentait bien à son ton qu’il était sincèrement désolé du traitement que le shérif lui faisait subir, il lui avait d’ailleurs suffisamment fait savoir à de nombreuses reprises. Marian savait qu’elle n’avait rien à craindre du maître d’armes, du moins pas pour l’instant, pas temps qu’il restait ignorant de ses réelles activités et du camp qu’elle avait choisi… D'ailleurs, elle savait combien il se réjouissait de son retour, faisant preuve de plus de marques d'attention et d'affection que jamais, tout en essayant de ne pas se montrer trop imposant, comme s'il avait peur qu'elle s'envole à nouveau. Elle devait donc tenter le tout pour le tout…

« Guy, je vous remercie de votre sollicitude. » commença Marian avec douceur. « Cependant, j’étais seulement sortie prendre l’air. Cela faisait si longtemps que je n’avais plus revu mon cher Nottingham… J’avais seulement envie de "respirer" de nouveau la ville, me fondre parmi la foule, goûter de nouveau à cette liberté qui m'a fait défaut pendant cette longue année… »

Elle vit une lueur dans les yeux de Guy qui indiquait clairement qu’il ne la suivait pas réellement. Une lady pouvait-elle réellement apprécier de se mêler à la masse, au peuple, aux miséreux, de la sorte ? Ne préférait-elle pas plutôt exercer quelque activité, broderie, musique ou autre, plus en accord avec son rang ? Mais après tout, Marian n’était pas une dame ordinaire… Elle ne l’avait jamais été.

« J’ai fait cela pendant de nombreuses années, et je peux vous assurer que je n’ai certainement pas pris plus de risques que les fois précédentes. Aussi, je doute que vous ayez à avoir de réels motifs pour vous inquiéter de la sorte… » termina-t-elle avec un léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Nightwatchwoman


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Lun 18 Oct - 14:30


Gisborne écoutait tranquillement Marian lui énumérer les raisons pour lesquelles elle avait quitté quelques heures le château pour goûter à nouveau cette savoureuse sensation qu’était la liberté.

Il comprenait tout à fait son envie d’évasion car il avait parfois la même. Souvent, il se sentait aussi comme prisonnier dans ce lieu, à être à la solde du Shérif. Mais il n’avait pas le choix.

Tout comme Marian, il ne possédait rien, il avait été spolié des terres familiales et malgré le fait qu’il y habitait, le manoir Locksey ne serait jamais vraiment sa propriété et jamais les paysans ne le considéreraient comme leur seigneur. Il était seul et ne pouvait compter que sur lui-même. Il était le maître d’armes et le bras droit du Shérif que dans un seul but : avoir à nouveau un domaine et des terres qui porteraient son nom. Quand le Prince Jean aura accédé au trône en prenant la place de son frère Richard, Vaisey deviendra un homme puissant et lui-même sera également récompensé pour sa loyauté.

Lorsque Marian eut fini ses explications, Guy lui sourit en retour et la regarda avec tendresse. Elle était unique et c’est pour cela qu’il l’aimait tant. Elle n’était pas comme les autres jeunes femmes de son âge, à s’occuper tranquillement de ses loisirs à coudre, jouer de la musique ou lire. Elle avait un caractère indépendant et fougueux, un peu trop peut-être, ce qui lui causait parfois quelques ennuis. Mais dès qu’ils seront mariés, rien ne pourra plus lui arriver, car elle sera sous sa protection.

« Je comprends mieux à présent votre besoin de liberté. »

Puis, il lui tendit la main et continua d’un ton enjoué :

« Puisque votre désir est de vous évader un peu du château, que diriez-vous de m’accompagner pour une petite promenade ? C’est jour de marché aujourd’hui à Nottingham. »


Dernière édition par Guy of Gisborne le Ven 5 Nov - 15:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Marian de Knighton
♣ Lady / Nightwatchman ♣


√ LOCALISATION : In the arms of Robin
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 26

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 21 printemps
● Titre: Noble
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Jeu 4 Nov - 0:28

Guy lui sourit tendrement. Elle baissa un instant les yeux vers le sol, avant de les relever pour croiser le regard du maître d’armes et lui rendre un timide sourire.

« Je comprends mieux à présent votre besoin de liberté. »

Le comprenait-il ? Si c'était vraiment le cas, elle devrait plutôt commencer à s'inquiéter, car elle doutait que ses besoins à elles concordent bien avec ceux du bras-droit du shérif de Nottingham, l'homme qui exécutait les ordres et basses besognes de son ennemi... Il serait en effet inquiétant pour la jeune femme que le maître d’armes saisisse réellement sa manière de penser et ses motivations… Mais pour l'instant, elle savait qu'elle n'avait pas à s'en faire à ce sujet. D'ailleurs celui-ci lui tendit la main avec un sourire et poursuivit :

« Puisque votre désir est de vous évader un peu du château, que diriez-vous de m’accompagner pour une petite promenade ? C’est jour de marché aujourd’hui à Nottingham. »

Marian n’hésita pas, ce qui sembla apparemment ravir le maître d’armes. Elle plaça sa main dans celle de Guy, avant de prendre son bras, d’une manière qui paraissait plus convenable pour la jeune lady.

« Cela me ferait grand plaisir. » répondit-elle en lui rendant son sourire, comme si se promenait pendant quelques instants en sa compagnie allait être la chose la plus réjouissante au monde.

Habituellement, elle se serait inquiétée d’être au bras du nouveau seigneur de Locksley vêtue d’une manière si peu convenable pour quelqu’un de son rang… Cela allait sûrement jaser en ville, mais de toute façon, avec ce qui s’était passé plus tôt dans la matinée, cela devait déjà être le cas et les rumeurs devaient aller de bon train… De plus, elle se doutait également que Sir Guy ne comptait pas non plus s’éterniser. Il devait partir en mission pour le shérif et avait saisi cet occasion pour passer quelques instants avec la jeune femme ; il n’était donc pas question de rentrer au château se changer.

Un instant, elle se mit à douter sur la raison qui lui avait fait accepter si spontanément le bras de Guy. D’abord, la plus évidente des raisons était qu’elle était trop heureuse que celui-ci ait été envers elle dans de bonnes dispositions. Même si son père n’était plus, elle ne pouvait pas se permettre de prendre trop de risques et de mépriser ouvertement les ordres du shérif. Guy semblait prêt à prendre le risque de la couvrir à chaque fois qu’elle dérogeait à certaines de ces règles, mais allait-il le faire à chaque fois ? Il était si imprévisible… Elle pensa de nouveau à sa réaction et à son comportement peu après qu’elle l’ait humilié devant l’autel, la façon dont il la regardait alors, ce qu’il lui avait fait subir à elle et à son père… Et pourtant, cet homme pourtant rancunier avait peu à peu changé pour lui être plus dévoué que jamais…

Se promener avec Guy en ville et visiter le marché se révéla être une sortie assez agréable. Se mêlant aussi bien aux habitants de haute qu’à ceux de basse extraction de Nottingham, Marian et Guy se glissèrent entre les espaces libres laissés par les larges étals. La place centrale de Nottingham ressemblait toujours à une immense fourmilière dans laquelle les gens allaient et venaient, tous plus ou moins affectés à une tâche, et les chariots étaient aussi bien ceux de marchands locaux que ceux qui avaient voyagé depuis Lincoln et des villes plus petites pour venir vendre leurs marchandises. L'air était saturé avec des odeurs puissantes et omniprésentes du fumier, des déchets, de l'engrais et de la sueur toutes accrues par la chaleur qui régnait en cette belle matinée d’été.

Mais ces désagréments étaient plus ou moins compensés des arômes plus suaves et plus agréables des épices, du pain chaud, des fleurs et du foin fraîchement coupé. Tout près, les marchands de nourriture mettaient en avant leurs spécialités. Marian n’avait pas besoin d’imaginer les odeurs qui accompagnaient chaque bris de croûte de pain, ou les parfums plus fruités et sucrés qui planaient au-dessus des étals de fruits, les fruits mûrs de l’été. A certains étals, aux côtés des tartes fourrées étaient présentées des tranches de pain sur lesquelles on avait étalé du ragoût ou de la purée de pois ou de haricots, ainsi que d’autres garnitures molles ou confitures, un repas simple pour ceux qui ne pouvaient s’offrir mieux.

Il y avait également des approvisionneurs de pain frais et de fromages faits dont les étals embaumaient pour le plaisir des narines et le malheur des estomacs vides, mais également des vendeurs de tartes de baie juteuses, de pains d’épices, mais également de cet excellent hydromel cistercien et de cette bière nouvelle-couvée. Les flagrances des fleurs d'été embaumaient également l’air autour d’eux, car non contente de figurer sur les étals, elles ornaient également le front de presque chaque jeune fille, les connaisseuses étaient d’ailleurs même ornées de couronnes modelées à partir de fleurs entrelacées avec des rubans de satin brillants.

Ils firent une pause pour Sir Guy qui lui acheta justement une de celles-ci, un magnifique assemblage de rubans pâles et vert foncé sur lequel était piqué des boutons de roses blanches. Marian le remercia chaleureusement. Elle s’était bien entendu attendue à de telles galanteries, mais elle pensait qu’il s’agissait là d’une bien jolie couronne et bien qu’elle ne soit pas des plus coquètes, elle aimait assez la façon dont elle ornait si joliment son front, retenait ses cheveux et les laissaient cascader sur ses épaules.

Ils marchèrent ainsi, examinant les diverses curiosités qui s’offraient à leurs regards, cependant la jeune femme ne pouvait ignorer les deux gardes du maître d’armes qui veillaient sur eux à une distance assez respectable, mais pas assez éloignés pourtant pour que l’on puisse oublier qu’ils avaient pour tâche une garde assez rapprochée. Le marché ou plutôt la foire - car c’était plutôt une foire dont il s’agissait en réalité ce jour-là – n’offrait pas que de la nourriture et des produits artisanaux pour attirer ainsi les foules. Au fond de la place, près des portes extérieures de la ville, Marian pouvait voir que se déroulaient également des petits spectacles ainsi que des concours de lutte et de tir à l'arc.

Entre chaque espace libre parmi les tentes et les différents stands, des jongleurs et des acrobates exécutaient leurs mouvements complexes et accomplissaient des exploits pour le bonheur des curieux rassemblés. Des ménestrels chantaient et jouaient de joyeuses balades, comme s’ils cherchaient ainsi à repousser la réalité des souffrances et des malheurs présents et passés.

Lorsqu’ils passèrent devant un étal de marchands de tissus, la jeune femme s’arrêta net puis se retourna pour offrir un sourire au maître d’armes. Celui-ci lui fit savoir son assentiment et lui indiqua qu’elle pouvait se servir comme elle le souhaitait. Sous le regard intense du bras-droit du shérif, d’abord hésitante, elle finit par choisir une magnifique pièce de tissu d’un blanc immaculé et léger ainsi que des fils dorés et d’autres longueurs, moins importantes cependant de divers tissus clairs. Elle avait dans l’idée de s’en servir pour se confectionner une robe pour l’été. Il fallait dire que la dernière fois qu’elle avait du faire de la couture comme ça, c’était avec des tissus d’assez basse qualité quoique solides, dont elle s’était servi pour faire de nouvelles tenues pour le gang : de nouvelles chemises pour Robin, un nouveau pantalon pour Much…

Elle passa ainsi sa commande et demanda à ce que ses achats soient envoyés directement au château. Elle n’avait pas eu au début cet achat à l’esprit, mais il fallait admettre qu’il s’agissait d’une remarquable idée, sa garde-robe s’étant considérablement appauvrie et étant donné qu’il était hors de question qu’elle remette les tenues qu’elle utilisait lorsqu’elle se trouvait parmi les hors-la-loi. Elle n’était pas certaine que le shérif ou même Guy approuveraient l’aspect si forestier, si peu féminin ou du moins si osé de certaines de ces tenues, bien qu’ils semblent d’être faits depuis toutes ces années à l’idée qu’une femme de la noblesse puisse porter le pantalon comme elle le faisait bien que celui-ci soit bien souvent dissimulé dans une sorte de jupe.

Son escorte semblait relativement silencieuse, et bien qu’elle ne soit pas censée le savoir, Marian savait qu’à tout instant il allait lui annoncer qu’il devait partir quelques semaines en voyage en précisant ou non qu’il s’agissait d’un nouvel ordre du shérif. Il semblait cependant assez hésitant ou coincé, assez mal à l’aise comme s’il redoutait d’abandonner un seul instant la personne qui lui avait manqué pendant ces longs mois et qu’il venait tout juste de retrouver…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Nightwatchwoman


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Ven 5 Nov - 15:34


Messire Guy était au comble du bonheur. La journée se déroulait de la manière la plus agréable possible. Il se promenait parmi les nombreux étals du marché de Nottingham avec à son bras la plus belle et la plus exquises des jeunes femmes. Il n’y avait pas homme plus heureux que lui en cet instant. Il était fier de flâner dans les rues accompagné de la douce Lady Marian, d’admirer toutes les belles marchandises proposées par les commerçants et de profiter enfin d’un moment de détente. Le maître d’armes irradiait de joie, il était prêt à offrir à la jeune femme tout ce qu’elle souhaitait.

Ce jour était l’un des plus beaux de sa vie, car il pouvait enfin afficher son bonheur auprès du peuple. Certains les regardaient avec surprise, d’autre avec sourire, mais Gisborne n’y prêta pas attention. La seule personne dont il souhaitait ardemment être l’objet de toute son attention se tenait en ce moment même à ses côtés. Il n’avait pu empêcher des frissons lui parcourir le corps lorsque Marian avait pris son bras. Il était d’autant plus troublé car d’habitude, elle évitait le plus possible tout contact physique avec lui. Au contraire, tout à l’heure, elle avait pris la main qu’il lui tendait le plus naturellement du monde. Le maître d’armes se montra tour à tour charmant, tendre, prévenant envers la jeune femme. A un moment, il avait même réussi à la faire rire en lui contant une anecdote, même si ce fut très bref, car elle ne voulait pas se donner en spectacle après de la population.

L’air embaumait de senteurs les plus délicieuses les unes que les autres. Guy ne tenait pas compte des autres effluves moins agréables à l’odorat. Son regard fut tout à coup attiré par un étal sur lequel étaient exposées de magnifiques couronnes de fleurs entrelacées de chatoyants rubans. Il insista pour lui en offrir une. A ses yeux, Marian n’avait nul besoin d’artifices, sa seule beauté lui suffisait. Mais il avait néanmoins envie de lui faire plaisir et de la choyer. Gisborne en choisi une avec des roses blanches. Des roses pour la plus belle des fleurs, se dit-il en souriant. Après s’être acquitté du prix demandé, il prit la couronne pour la poser délicatement sur la tête de la jeune femme. Elle le remercia chaleureusement avant de reprendre son bras et continuer leur ballade.

La maître d’armes prit conscience que Marian était quelque peu gênée par la présence des gardes non loin d’eux. Il aurait préféré être seule avec elle, mais il n’avait pas le choix. Il devait accepter et subir cette protection rapprochée.

L’attention de la jeune femme fut soudain accaparée par un étal où de magnifiques tissus étaient disposés. Elle leva les yeux vers Messire Guy et d’un sourire, lui demanda son agrément.

« Marian, il n’y a rien que vous ne désiriez que je ne puisse vous refuser. »

Elle reporta ensuite son attention sur les étoffes qu’elle examina avec soin, sous le regard bienveillant du maître d’armes. Son choix finit par se poser sur une magnifique pièce de tissu d’un blanc immaculé. Il ne put s’empêcher de l’imaginer en mariée, s’avançant vers lui à l’autel, tandis qu’elle tenait la blanche étoffe dans ses mains. Il reprit ses esprits en entendant Marian demander au commerçant de livrer son achat au château. Il s’empressa de régler celui-ci, avant de continuer leur promenade.

Gisborne devint tout à coup silencieux. Il venait de se rappeler de l’importante nouvelle qu’il avait à communiquer à la jeune femme et il en éprouvait de la peine. Devoir la quitter pendant plusieurs semaines alors qu’il venait à peine de la retrouver lui brisait le cœur. Mais il ne pouvait malheureusement pas s’y soustraire, car le Shérif lui avait confié une nouvelle mission. Tout d’abord, il avait prévu de lui annoncer son départ à leur retour au château, mais Messire Guy ressentit soudain le besoin de l’en informer immédiatement.

Sans un mot, le maître d’armes entraîna la jeune femme à l’écart de la foule, vers une ruelle déserte, avant de placer ses mains de chaque côtés de ses épaules.

« Marian, j’ai quelque chose d’important à vous annoncer », commença-t-il d’une voix hésitante en plongeant son regard dans le sien.


Dernière édition par Guy de Gisborne le Mar 16 Nov - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Marian de Knighton
♣ Lady / Nightwatchman ♣


√ LOCALISATION : In the arms of Robin
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 26

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 21 printemps
● Titre: Noble
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Dim 7 Nov - 18:10

« Marian, j’ai quelque chose d’important à vous annoncer »

Il l’avait traîné un peu à l’écart, dans une ruelle qui se trouvait étrangement être presque déserte et avait commencé à lui parler, ses mains maintenant fermement ses épaules comme si elle risquait à tout instant de s’envoler.

Marian ne put s’empêcher de frissonner lorsque le regard d’un bleu limpide de Guy s’enfonça un peu plus profondément dans le sien. Ainsi on y était. Il allait lui annoncer qu’il devait partir pendant quelques jours, peut-être quelques semaines en mission pour le shérif. Il allait la rassurer, lui dire de faire attention à elle et de ne pas faire pendant son absence une folle action qui risquait d’indisposer le shérif et de la mettre en danger. Mais bien sûr, tout cela en taisant la nature de sa mission.

Le maître d’armes était à présent si proche… Elle ne pouvait pas ignorer sa présence, sa stature imposante, les muscles qu’elles pouvaient deviner presque saillant sous sa tenue de cuir noir, son odeur si particulière et virile, et surtout ce regard, ce regard perçant d’un bleu de glace dans lequel elle ne pouvait s’empêcher de se noyer en cet instant… Et pendant une fraction de seconde, la jeune femme souhaita que les choses soient différentes…

« Marian, j’ai quelque chose d’important à vous annoncer…

Je sais tout. Je sais que vous êtes du côté de Robin Hood, que vous l’aidez à manigancer contre le shérif. Pendant tout ce temps j’ai essayé de faire celui qui ne voyait rien, de nier l’évidence, mais je sais à présent que vous serez toujours de son côté, du côté de la justice. C’est pour je dois vous faire aujourd’hui ces aveux…

Marian, je vous aime, mon cœur vous appartiendra toujours. Mais je ne puis plus longtemps mettre en péril mon âme en me mettant au service de cet homme. Mes ambitions personnelles n’ont plus de valeur si je ne puis partager ce bonheur à vos côtés. C’est pourquoi je ressens le besoin comme le devoir de vous informer de la nature de l’odieuse mission que l’on m’a confié aujourd’hui… »


Marian se secoua. Il fallait qu’elle se rende à l’évidence, ce ne serait pas aujourd’hui que Guy allait se retourner contre le shérif et qu’il allait l’épauler pour aider et sauver le peuple contre les tyrans qui les opprimaient. Et à l’heure d’aujourd’hui il était toujours son ennemi, ce qu’elle ne devait pas oublier malgré leur amitié naissante. Car une telle relation pouvait être également à double tranchant… S’il devait un jour découvrir sa duplicité, il le prendrait comme une terrible trahison. Car Guy était un homme qui - malgré les apparences et ce que pouvait laisser croire ses propres agissements - accordait une importance capital à l’honneur, à la loyauté et à l’honnêteté. S’il venait à apprendre que depuis le début elle lui mentait, elle le trompait… Qui sait quel sort il lui réserverait… Elle ne préférait même pas y penser.

Tandis que d’un bref signe de la tête Marian encouragerait le maître d’armes à poursuivre, elle ne put s’empêcher de penser combien les choses pourraient être différentes si elle parvenait à le rallier à sa cause…

La jeune femme voulait éviter d’y penser de peur de se sentir quelque peu fautive pour l’avoir encouragé de la sorte et peut-être fait miroiter quelques vains espoirs, mais elle avait réellement passé un moment très agréable en compagnie de Guy. La pièce d’étoffe qu’elle avait choisi pour se confectionner une robe d’été lui avait ramené le souvenir de Robin et de cette demande qui avait fait d'elle pendant quelques instants, la femme la plus heureuse sur Terre. A cette pensée, elle n’avait pu s’empêcher de sentir naître une pointe de culpabilité... Il ne lui avait fallu qu’un instant pour faire le lien entre cette future robe et la magnifique bague en argent sertie d’une émeraude qu’il lui avait été offert la veille. Cette même bague qui se trouvait en cet instant dissimulée quelque part dans ses appartements, là où nul serviteur ne pourrait la trouver…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Nightwatchwoman


Guy de Gisborne
∴ Master At Arms ∴


√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 42

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 34
● Titre: Maître d'Armes
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Mar 16 Nov - 15:01


Ses mains toujours posées sur les épaules de Lady Marian, Gisborne sentit que des frissons lui parcouraient le corps. Il n’aurait su dire si c’était parce qu’elle avait froid ou si elle craignait d’entendre ce qu’il allait lui annoncer. Mais le maître d’armes était persuadé qu’il y avait également une autre raison pour laquelle la jeune femme semblait mal à l’aise à cet instant. Ses mains la tenaient fermement, sans toutefois lui faire mal. Par ce geste, il semblait vouloir s’assurer qu’elle resterait à ses côtés, comme s’il ne voulait pas qu’elle s’envole.

Messire Guy plongea son regard azur dans celui de la jeune femme, pour lui faire comprendre qu’elle ne devait pas avoir peur et que quoi qu’il arrive, elle serait en sécurité avec lui. Marian semblait comme hypnotisée par ce qu’il dégageait et il en ressentit une certaine joie. Gisborne pensait ne pas se tromper en disant que la jeune femme semblait à la fois le craindre tout en étant également troublée par lui.

Le maître d’armes était loin d’imaginer les pensées qui se bousculaient dans la tête de Marian. Il s’imaginait qu’elle essayait de deviner quelle était la nature de la nouvelle qu’il devait lui annoncer alors qu’en réalité, elle n’ignorait rien de son prochain départ. Il était loin de se douter qu’à ce moment, son souhait le plus cher était qu’il mette ses ambitions personnelles de côté et qu’il se libère du joug du Shérif. Gisborne ignorait également qu’elle avait peur qu’il ne découvre qu’elle jouait à un double jeu, qu’elle feignait de s’intéresser à lui et qu’elle lui prodiguait son affection uniquement pour l’amadouer et obtenir de sa part des renseignements qui seraient utiles à Robin et ses compagnons.

Tout à coup, Guy vit que Marian lui faisait un signe de tête pour l’encourager à continuer.

« Marian, je vais devoir quitter Nottingham pendant quelques temps. Cela me désole de partir, mais je n’ai malheureusement pas le choix. Le Shérif m’envoie en mission. »

Gisborne laissa glisser ses mains des épaules de la jeune femme pour prendre ses mains dans les siennes.

« Mais avant que je ne parte, vous devez me promettre quelque chose. Jurez-moi que vous ne ferez rien qui puisse vous mettre en danger… ou qui puisse contrarier le Shérif », ajouta-t-il d’une voix douce.
Revenir en haut Aller en bas


Marian de Knighton
♣ Lady / Nightwatchman ♣


√ LOCALISATION : In the arms of Robin
√ NOMBRE DE PRINTEMPS : 26

► WE ARE ROBIN HOOD ◄
● Age: 21 printemps
● Titre: Noble
● Inventaire:

MessageSujet: Re: Something There Sam 18 Juin - 10:18

« Mais avant que je ne parte, vous devez me promettre quelque chose. Jurez-moi que vous ne ferez rien qui puisse vous mettre en danger… ou qui puisse contrarier le Shérif »

Alors que Gisborne avait placé ses lourdes mains sur ses épaules, Marian se sentit prise au piège. Il avait été habile sur ce coup-ci, avec une telle formulation, et elle savait qu'il lui était impossible de tenir ces promesses... Elle devrait lui mentir. Mais elle en avait assez de mentir, aussi devait-elle elle aussi se montrer habile.

« Je vous le promets Guy...», commença-t-elle en employant volontairement son nom seul.

La jeune femme attrapa les mains du maître d'armes sur ses épaules et les teint ainsi un instant.

« Je vous promets que moi, Marian, je ne ferais rien qui puisse contrarier le Shérif », affirma-t-elle en soutenant le regard clair et inquiet braqué sur elle.

Elle eut ensuite un soupir, et lâcha ses mains, tentant d'oublier la chaleur qu'avait celles-ci et leur léger tremblement lorsqu'elle les avait prise.

Marian s'était toujours dit qu'elle et le Veilleur de Nuit n'était pas la même personne... Aussi, si elle voulait tenir sa promesse envers Guy devrait-elle de nouveau prendre le masque si elle voulait contrevenir aux plans du shérif. Sauf qu'il semblait que cette fois, sa seule mission soit de faire perdre du temps à son bras-droit de manière à ce que le hors-la-loi puisse en gagner et avoir suffisamment d'avance pour pouvoir sauver le fils du Roi.

Une fois tous les acteurs au loin, la jeune femme se retrouverait seule, à attendre les résultats. Tout comme le shérif d'ailleurs. Et cette idée ne lui plaisait guère...

Marian sentait qu'il était inutile de retenir plus longtemps le maître d'armes. Celui-ci avait une mission à remplir et c'était un homme qui respectait souvent sa parole et son devoir. Trouver une excuse pour le faire rester encore un peu et retarder son départ deviendrait sans aucun doute suspicieux. Et la dernière chose dont la jeune femme avait besoin était d'attirer le doute sur elle...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/Nightwatchwoman


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Something There Aujourd'hui à 11:27

Revenir en haut Aller en bas

Something There

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDEMPTION :: 
    ► To Nottingham!
 :: 
∴ LA VILLE DE NOTTINGHAM ∴
 :: Le Marché
-